Violemment agressée par son voisin armé, Azealia Banks a partagé sa peur avec ses abonnés sur Instagram.

Le 5 février, au matin, Azealia Banks a lancé un appel alarmant sur les réseaux sociaux, pleurant dans une série de vidéos sur Instagram alors qu’elle implorait de l’aide. Selon la rappeuse, un voisin raciste a brandi une arme à feu et a menacé de l’utiliser à cause de la musique qui était forte : “C’est la 2ème fois que mon voisin raciste menace de me tirer dessus parce que je continue de mettre de la musique”. Elle explique, en pleurs, qu’elle a peur d’appeler la police pour obtenir de l’aide parce qu’elle est noire. Des fans seraient apparemment venus à son secours et la police a finalement été appelée.

Elle a ensuite continué son histoire via sa story Instagram : “Les armes sont si effrayantes, j’ai besoin de me calmer et de comprendre que les gens qui brandissent des armes ne tireront pas forcément […] Quel genre d’homme sort une arme pour intimider une femme célibataire qui vit seule à la maison ??? Je prie pour que je dorme un peu ce matin, j’ai une longue journée demain. Je vous aime tous, merci à tous ceux qui sont venus pour moi et d’être super vigilant à mon sujet. Je pars demain, mais je sentais qu’il était important d’en parler au cas où ce fou aurait décidé de faire quelque chose de bizarre. Je vais bien. Un peu traumatisée, mais ça va. Je vous aime tous. AB”.

L’artiste américaine prévoirait de prendre ses affaires, retourner à New York et d’y travailler sur son nouvel album…

Une retraite anticipée ?

En décembre 2019, Azealia Banks avait annoncé qu’elle mettait un terme à sa carrière. Fidèle à son personnage controversé, elle n’avait pas manqué de tacler sa rivale Iggy Azalea, mais aussi Tinashe, les accusant d’avoir volé son style musical : “Lol, je vous aime les gars et j’aime la façon dont vous m’avez aimé et soutenu, mais je dois vraiment m’en aller. Je pense qu’il y a beaucoup de mauvaises personnes autour de moi et je ne m’y retrouve simplement pas. Je dois reconnaître que je suis au-dessus de tout ça, même si ça me fait mal […] Beaucoup d’entre vous me demandent de bosser avec n’importe qui, j’avoue que je trouve ça distrayant, mais je ne peux pas continuer mon art dans ces conditions. Vous me mettez la pression 24h/24 7/7. Je ne peux pas vous permettre de me mettre dans le même panier que les Iggy Azalea, les Tinashe et autres drag queen, juste parce que je suis une femme. C’est vrai, même si je suis incontestablement meilleure que toutes ces petites salopes de merde, vous les fans essayez de nous comparer. Donner de l’importance et de l’attention à tout ça une seconde de plus va à l’encontre de ce que je dois faire. Du coup les gars, je vous dis adieu. Ces 8 dernières années étaient amusantes, mais je dois faire une Shia Labeouf et arrêter ça. C’est clair que trop de ces filles se sont nourries de mon art, mais à force de me dresser contre elles, ma carrière dans la musique s’est arrêtée nette […] J’ai été vraie et sincère. PS : je vais manquer à toutes ces traînées. Qu’elles sachent que même si je ne suis plus là, je penserai à elle tout le temps. Je vous aime tous et je vous remercie d’avoir été ma (bien que dysfonctionnelle) famille toutes ces années”.

Azealia Banks