Sadek en garde à vue dans l’affaire de l’agression de Bassem

Moins de 48 heures après l’agression de l’influenceur lyonnais Bassem Braiki revendiquée par Sadek, le rappeur a été placé en garde à vue cet après-midi.

Ce mardi, les réseaux sociaux s’étaient largement emballés après la diffusion sur Snapchat de plusieurs vidéos montrant Sadek et plusieurs de ses proches agresser violemment l’influenceur lyonnais Bassem Braiki. Un règlement de compte survenu après plusieurs jours de conflits entre les 2 hommes par réseaux sociaux interposés suite à l’annulation d’un showcase du rappeur de Neuilly-Plaisance (93) prévu ce week-end dans la région lyonnaise après des menaces de débordements. Si Sadek avait rapidement affirmé qu’il regrettait son geste sur les réseaux sociaux, il s’était également dit prêt à en assumer les conséquences, notamment devant la justice. Dans le même temps, Bassem, dont la vie n’est pas en danger, avait rapidement été entendu par les enquêteurs lyonnais après que le parquet de Lyon se soit saisi de l’affaire.

À LIRE AUSSI: Sadek revendique et assume l’agression de Bassem [Vidéos]

Le Parisien nous apprend désormais que le rappeur a été interpellé cet après-midi par une équipe de la sécurité publique du 93, alors qu’il se trouvait à Bagnolet. Une information pas vraiment surprenante dans le cadre d’une enquête en flagrance et qui pourrait conduire à sa mise en examen dans les prochains jours avant un possible procès. Néanmoins, comme nous vous le rapportions hier, Sadek, qui risquerait 3 à 5 ans de prison en fonction de la durée de l’ITT de son rival, pourrait éviter l’incarcération, surtout si son casier judiciaire est vide. Néanmoins, le buzz provoqué par cette affaire et la présence d’armes, notamment d’une matraque télescopique et d’un pistolet (à billes ou à grenailles), pourraient jouer en la défaveur du rappeur et de ses proches. Nul doute que la justice communiquera très rapidement sur les suites de l’enquête…

À LIRE AUSSI: Sadek vs Bassem Braiki : une enquête ouverte par la justice pour agression