Présenté ce vendredi 14 février à un juge d’instruction, Sadek et un supposé complice ont été mis en examen et placés en détention provisoire dans l’affaire de l’agression de Bassem Braiki.

Si elle s’est emparée de l’affaire dès le lendemain de l’agression de Bassem Braiki, passé à tabac en bas de chez lui par Sadek et 3 complices dans la nuit de lundi 10 à mardi 11 février, la justice n’aura pas tardé à agir et à se montrer ferme. Après l’interpellation du rappeur ce mercredi 12 février à Bagnolet (93) puis celle d’un prétendu complice dans la région Lyonnaise le lendemain, les 2 hommes étaient présentés ce vendredi après-midi à un juge d’instruction. Ce dernier devait ainsi leur notifier l’ouverture d’une information judiciaire pour agression, accompagnée de 3 circonstances aggravantes, ainsi que pour vol aggravé, mais devait également statuer sur leur sort. Sans surprise, le juge a annoncé à Sadek et à son complice leur mise en examen, mais également leur placement en détention provisoire.

À LIRE AUSSI: Sadek revendique et assume l’agression de Bassem [Vidéos]

Un procès en perspective

Les 2 hommes vont désormais devoir se préparer à un procès dans lequel ils risqueront près de 3 ans de prison ferme, une peine qui s’explique par la durée de l’interruption totale de travail donnée par les médecins, en l’occurrence d’une durée de 5 jours pour Bassem Braiki. Néanmoins, si son casier judiciaire est vide, Sadek pourrait éviter la prison ferme et s’en tirer avec un contrôle judiciaire. A moins que l’avocat de l’influenceur lyonnais aux idées controversées parvienne à transformer cette agression en tentative de meurtre, comme il le clame à la presse ces derniers jours. Selon lui, dans une vidéo qu’il a pu visionner, l’un des agresseurs auraient pointé une arme de poing au dessus du visage de Bassem et des douilles auraient été retrouvées sur les lieux du passage à tabac. La justice va donc devoir trancher et ce choix s’avèrera évidemment décisif pour l’avenir du rappeur et de ceux qui l’accompagnaient…

À LIRE AUSSI: Sadek : son arrestation diffusée sur les réseaux sociaux [Vidéo]