Moins d’un mois après les cris racistes ayant visé en plein match l’attaquant du FC Porto Moussa Marega, la ligue portugaise de football a infligé une sanction ridicule au Vitoria Guimaraes.

Les instances du football se distinguent une nouvelle fois pour les mauvaises raisons. Mi-février, Moussa Marega, attaquant international malien du FC Porto, était la victime de nombreux cris racistes lors du déplacement de son équipe sur la pelouse de son ancien club, le Vitoria Guimaraes. Une situation qui avait poussé le joueur, excédé, à quitter la pelouse, avant de provoquer de très nombreuses réactions à travers le monde du football. Booba et Médine avaient également manifesté leur soutien au joueur passé notamment par Amiens sur les réseaux sociaux. Dans le même temps, le président du club incriminé, Miguel Pinto Lisboa, avait lui minimisé le rôle de ses supporters, affirmant notamment que le public avait réagi à des provocations du joueur.

À LIRE AUSSI: Football : nouvelle affaire de racisme au Portugal [Vidéo]

Une sanction ridicule

D’après les informations du média portugais Sàbado, le Vitoria Guimaraes aurait reçu une sanction de 17 941 euros pour ce match. Sauf que dans le détail, la répartition des sanctions est consternant : 7 140 pour des dégâts matériels causés, 4 017 pour l’usage d’engins pyrotechniques et 2 678 pour un échange de fumigènes entre les supporters des 2 clubs. Une fois ces sommes ajoutées les unes aux autres, on se rend donc compte que le club devra payer… 714 euros pour les actes racistes de ses supporters. Même si elle a confirmé qu’une procédure disciplinaire était en cours contre les supporters de Guimaraes, cette sanction ridicule s’ajoute aux faibles sanctions observées dans ce genre de cas. En Italie, Mario Balotelli et Romelu Lukaku ont plusieurs fois été au centre d’insultes à caractère raciste cette saison. A chaque fois, les coupables n’ont écopé que de très faibles sanctions ou de sursis, preuve que les choses n’avancent toujours pas malgré l’augmentation des cas…