Cherche-t-il à créer un nouveau beef ? Lors d’une interview, Blueface s’est confié sur 6ix9ine et il n’a pas été très tendre… 

A l’occasion de la sortie de son album Find The Beat, Blueface était l’invité de l’émission radio The Cruz Show de la radio hip-hop Real 92.3 basée à Los Angeles. Celui qui a dévoilé son 1er album, ce vendredi 13 mars, s’est une nouvelle fois lâché sur 6ix9ine, en le qualifiant d’être totalement fake : “Non mais putain, comment on peut respecter ce mec s’il n’est pas vrai ? Comment on peut respecter quelque chose qui n’existe pas ! Le mec n’a pas de personnalité, sa présence médiatique, sa présence sur Internet est fake. Internet a créé un monstre et maintenant il est devenu incontrôlable […] Mais certaines personnes se foutent de savoir ce qu’il a fait de mal dans sa vie, tout ce qu’ils veulent c’est un nouveau projet”.

Après son hit Thotiana, dans lequel beaucoup ont critiqué sa manière de rapper, le natif de Los Angeles s’est inspiré de ces critiques pour trouver le nom de son 1er opus Find The Beat (A la recherche du beat), qui contient des collaborations avec DaBaby, Jeremih, Gunna ou encore Lil Baby : “Je me suis vraiment fait un nom en étant hors rythme, alors j’ai pris ça et j’ai fait ce que vous vouliez que j’en fasse”. Mais à force de taper sur le dos de Tekashi, Blueface s’est placé dans le camp des ennemis du new-yorkais qui doit bientôt sortir de prison…

6ix9ine libéré cet été !

S’il avait été question qu’il puisse être condamné à perpétuité, 6ix9ine s’en sort mieux que ses ex-compagnons de gang, Nine Trey Gangsta Bloods, qu’il avait balancés comme Anthony “Harv” Ellison and Aljermiah “Nuke” Mack . Accusé de racket, de détention d’armes à feu et d’autres crimes, il avait finalement vu sa peine réduite à seulement 2 ans ferme. Mais après avoir passé plus d’un an en prison, les autorités et son avocat Lance Lazzara, ont officiellement annoncé que l’interprète de FEFE sera libéré le 2 août 2020.

À LIRE AUSSI: 6ix9ine : la date de sa libération a été officiellement fixée au mois d’août !

Une future libération qui sera accompagnée de certaines contraintes comme l’accomplissement de 300 heures de travaux d’intérêt général, le règlement d’une amende de 35 000 dollars et d’une mise liberté surveillée pendant 5 ans…