Lartiste lâche un nouveau morceau pendant le confinement [Clip]

Après avoir dévoilé la clip de Bomboclaat la semaine dernière, Lartiste lâche un inédit intitulé A bon écouteur pour alimenter son public en musique durant cette période de confinement.

Ce 13 mars, Lartiste était de retour avec un nouveau titre, Bomboclaat, et son clip ensoleillé : un avant-goût de son prochain projet qu’il a déjà évoqué sur les réseaux sociaux. Ces derniers s’étaient d’ailleurs révélés pas vraiment tendres avec lui, lui reprochant notamment l’utilisation du mot sans véritable connaissance de sa signification… et le poussant presque à s’excuser sur Twitter. Un terme pourtant maîtrisé par le chanteur et rappeur, auteur des hits Polygame, Chocolat, Mafiosa ou Catchu Catchu, qui a différentes significations : aujourd’hui utilisé par la twittosphère comme hashtag pour signaler un post qui doit attirer l’attention, ou accompagner un mème, il vient surtout de la culture ragga-dancehall. Dans ce milieu, ce terme est une véritable interjection utilisée par les Dj’s dans les sound systems jamaïcains pour signaler quelque chose de “sale” dans le sens de “lourd”… C’est aussi, comme l’a rappelé Lartiste, un terme qui signifiait un “tampon usagé”, mais là, forcément c’est sale !

Lartiste – Bomboclaat :

Un inédit et des états d’âme

Pour faire plaisir à son véritable public en cette période de confinement et alors que l’accès à la culture est limité à la télé et au monde du digital, Lartiste, qui s’est lui-même confiné en studio, en profite pour enregistrer non-stop. Résultat, ce morceau inédit baptisé A bon écouteur, avec un clip tourné en direct de son nouveau studio comme à l’époque d’A bon entendeur, morceau paru en 2015 auquel ce nouveau track fait un clin d’œil… Un titre en forme de mise au point où Lartiste se confie notamment sur ses états d’âme :

“J’ai pas de grand frère dans la tess, j’triche pas, les Chinois en attestent
J’ai pas de suceur dans la presse, aucune de leurs plumes dans les fesses
Igo, igo, j’crois qu’t’as tilté, ici, ça pue comme au chido
Le game connaît ma libido, j’l’ai tellement ken derrière le rideau, yeah
J’ai pas la chance du débutant, ou celle du fils du député
Ou celle de ces fils de putain, nan, moi, je ne sais pas sucer, ouais
J’connais que l’charbon, la pluie, la galère, j’connais pas l’pardon, t’as vu mon salaire…”

Ou encore :

“Combien de fois j’ai pensé à l’enfer ? Mais l’enfer, c’est les autres et je dois les tuer
Mais si j’les tue, moi, je vais en enfer donc je n’sais plus quoi faire, j’sais plus où m’situer…”

Puis :

“Et jamais la mif’ ne trahit, jamais la mif’ ne trahit
Et si tu l’as fait, fils de pute, bah, c’est bien ton sang qui jaillit, ouais
Faut qu’j’me concentre, j’veux pas d’chaleur humaine, garde ta chaleur humaine
Chaque fois qu’je prends un reufré dans mes bras, c’est soit il me trahit, soit j’attrape un rhume
Et d’où viennent les rumeurs ? Souvent de l’intérieur
L’ennemi est inférieur (pute) mais son vice est sérieux
Donc j’remets d’la Poli’ dans le gobelet, la saison d’El Chapo dans la tablette
Et j’me dis qu’on a tous des faiblesses donc le patron, mon ami, t’as beau l’être
T’as beau l’être, t’as beau l’être, on va t’niquer quand même…”

Lartiste – A bon écouteur :