Bill Cosby : ses avocats demandent sa libération à cause du Coronavirus

Craignant pour son état de santé fragile, avec la propagation du Coronavirus, les avocats de Bill Cosby tentent tout pour obtenir une libération anticipée…

Avec en tête le cas d’Harvey Weinstein, les avocats de Bill Cosby s’inquiètent qu’il ne contracte le Coronavirus en prison, et souhaiteraient qu’il purge le reste de sa peine à domicile. L’acteur américain est actuellement incarcéré dans l’établissement pénitencier du State Correctional Institution Phoenix, près de Philadelphie. Le créateur et acteur de sa propre sitcom (ou série) dans les années 80, le célèbre Cosby Show, s’acquitte d’une peine de 10 ans de prison, dont 3 incompressibles, après avoir été condamné en 2018 pour avoir drogué et violé sexuellement une femme, Andrea Constand, à son domicile…

bill_cosby_tv-show

Vers une libération anticipée ?

Le porte-parole Andrew Wyatt de Bill Cosby, âgé de 82 ans, craint qu’il ne contracte le virus par l’intermédiaire d’un détenu ou d’un membre du personnel chargé de s’occuper de lui : “Les prisons du pays sont infestées de cas de Coronavirus et ce n’est qu’une question du temps avant que la prison de M. Cosby ne soit probablement victime du virus […] Pour mémoire, M. Cosby n’a pas été testé pour le virus, mais il se sent bien. Il est vieux, aveugle et sa tension artérielle augmente de temps en temps. Les avocats de M. Cosby envisagent maintenant de déposer une requête demandant au tribunal de libérer M. Cosby de prison et de le placer en résidence surveillée pour la durée de sa peine. Plus précisément, les avocats se concentrent sur la question de savoir si les Etats accordent une libération anticipée aux détenus âgés des prisons en raison du Coronavirus, ce qui pourrait être un argument juridique valable pour M. Cosby”.

À LIRE AUSSI: R.Kelly ne peut plus voir ses avocats à cause du Coronavirus !

Dans ce contexte, le département correctionnel de la Pennsylvanie (The Pennsylvania Department of Corrections) a déclaré, ce mercredi 25 mars, qu’aucun détenu dans leur système n’avait été testé positif au virus, mais si nécessaire des procédures étaient envisageables pour faire libérer des prisonniers : “Le personnel du DOC travaille sans relâche pour examiner et envisager toutes les issues possibles pour tous nos détenus. Comme vous le savez, il existe un processus juridique pour la libération anticipée des détenus”. Comme d’autres prisons aux Etats-Unis, ils ont suspendu les visites (R. Kelly peut en témoigner) et ont pris des mesures nécessaires pour dépister la maladie sur les nouveaux détenus… comme pour Harvey Weinstein.