Un peu plus d’un mois après son placement en détention provisoire dans le cadre de l’agression de Bassem Braiki qu’il avait lui-même revendiqué, Sadek a été libéré et placé sous contrôle judiciaire.

Son geste avait créé la polémique sur les réseaux sociaux et l’avait conduit derrière les barreaux. Il y a un peu plus d’un mois, Sadek, excédé par les insultes et les menaces proférées par Bassem Braiki, se filmait en compagnie de plusieurs de ses amis en train d’agresser l’influenceur lyonnais, bien connu pour ses déclarations controversées. Un passage à tabac très violent qui avait conduit à l’hospitalisation de Bassem et que le rappeur originaire de Neuilly-Plaisance (93) avait revendiqué dès le lendemain, expliquant les raisons de son geste tout en regrettant celui-ci. Quelques jours après, il était arrêté avant d’être présenté à un juge, qui lui avait notifié sa mise en examen, puis d’être placé en détention provisoire à la prison de Saint-Quentin-Fallavier, dans l’Isère.

À LIRE AUSSI: Sadek mis en examen et écroué pour l’agression de Bassem

Une libération sous conditions

Mais s’il attend toujours son procès, Sadek va pouvoir retrouver la liberté comme nous l’apprend cet après-midi Le Parisien, qui a annoncé il y a quelques minutes sa libération conditionnelle sous contrôle judiciaire. Son avocat, Maitre Arié Halimi, a ainsi confirmé qu’il ne s’agissait pas d’une libération dans le cadre des mesures prisent en raison de l’épidémie de Covid-19, mais bien d’une décision réfléchie de la justice après que le rappeur ait fait appel de son incarcération provisoire. Une libération motivée entre autres par les regrets émis par Sadek et la prise de conscience rapide de la gravité de son acte mais qui s’effectue évidemment sous conditions. Il aura ainsi l’obligation de se rendre au commissariat deux fois par mois tout en ayant l’interdiction de se rendre dans le Rhône, où réside Bassem Braïki, ainsi que d’entrer en contact avec lui. Peu après cette annonce, Sadek a d’ailleurs publié un message afin de confirmer la nouvelle, tout en appelant les internautes à rester chez eux en cette période.