Quelques heures après l’annonce de la libération conditionnelle de Sadek, emprisonné depuis plus d’un mois après l’avoir tabassé en compagnie de plusieurs autres personnes, Bassem Braiki a réagit à la nouvelle sur les réseaux sociaux.

Après avoir fait particulièrement parler de lui au début du mois de février suite à l’agression de Bassem en compagnie de plusieurs amis à lui, qu’il a immédiatement revendiqué sur les réseaux sociaux, Sadek était depuis emprisonné après avoir été arrêté puis mis en examen par un juge. Une situation qui a évolué ce jeudi après l’annonce de sa libération conditionnelle prononcée par le juge en charge de son dossier. Ainsi, s’il a donc retrouvé la liberté, le rappeur originaire de Neuilly-Plaisance (93) devra se présenter 2 fois par semaine dans un commissariat et aura interdiction de se rendre dans le Rhône ou de rentrer en contact avec Bassem.

À LIRE AUSSI: Sadek libéré de prison et placé sous contrôle judiciaire

Bassem évoque la situation

Conscient que la situation sanitaire des prisons favorisent la sortie anticipée de certains détenus, Bassem a néanmoins renouvelé sa confiance dans le système judiciaire français, en mettant en avant son propre exemple. Il a néanmoins tenu à se dédouaner dès à présent, émettant l’hypothèse que Sadek (dont il ne cite pas le nom) pourrait simuler une bagarre dont il serait la victime afin que la justice ne se retourne contre lui. Il affirme également n’avoir jamais porter plainte contre le rappeur après s’être fait tabassé contrairement à ce que certains ont écrit sur les réseaux sociaux, ainsi que n’avoir jamais pensé à simuler un choc psychologique afin que le rappeur soit durement puni. Visiblement, Bassem attend désormais avec impatience le début du procès de Sadek et de ses acolytes afin que la justice ne prenne une décision ferme à l’égard de ceux qui ont participé à son lynchage.