Effrayé d’attraper le virus dans l’établissement pénitencier de Chicago où il est détenu, R.Kelly a demandé à être libéré de prison en attendant son procès…

R.Kelly a déposé une requête via son avocat, Steven Greenberg, pour demander à être libéré de prison, sous caution, en raison de ses craintes concernant la propagation du Coronavirus, et le risque d’être infecté. Actuellement, le chanteur est incarcéré au Metropolitan Correctional Center (MCC) à Chicago pour abus sexuels sur mineurs. Un dossier de près de 18 pages a été envoyé par l’équipe juridique d’R.Kelly pour indiquer que sa vie était mise en danger en raison des minces efforts de la prison en terme de santé et de sécurité dans la lutte contre le virus : “Le risque pour la santé de Mr Kelly en raison de son âge et de ses problèmes de santé existants, en particulier compte tenu des conditions au MCC, nécessite sa libération sous caution”. Selon les dires du chanteur, ses avocats affirment que le désinfectant et le savon sont rares en prison, et que les détenus sont placés dans de petites cellules malgré les règles de distanciation sociale imposés dans l’ensemble du pays. Si sa libération sous caution est acceptée, R.Kelly pourrait retourner vivre dans son appartement de Chicago avec l’une de ses copines, Joycelyn Savage. 

r. kelly prison

Visites interdites !

Dernièrement, R.Kelly a dû faire face à de nouvelles accusations à New York. 2 nouvelles victimes présumées, répertoriées comme Jane Doe #5 et Jane Doe #6, sont sorties de leur silence. L’une d’elles a affirmé qu’elle était mineure lorsqu’elle a eu des relations sexuelles non protégées avec le chanteur et qu’il ne lui aurait pas révélé qu’il avait de l’herpès, en 2015. Mais, pour le moment, R.Kelly devra se passer de ses avocats… En raison de la lutte contre le virus, les visites sont interdites et les avocats de l’artiste américain ont été refoulés à l’entrée de la prison par le personnel pénitencier.

À LIRE AUSSI: R.Kelly ne peut plus voir ses avocats à cause du Coronavirus !

Une nouvelle règle instaurée par le Bureau des prisons de l’Illinois qui a insisté pour que l’institut de Chicago suspende ses visites pour les 30 prochains jours afin d’éviter tout risque de contamination…