Après les accusations d’Aqababe, relayées par de nombreux influenceurs, qui évoquaient une “liste noire” établie par Snapchat visant à supprimer des comptes gênants, Snapchat a tenu à mettre fin aux spéculations.

En début de semaine, plusieurs influenceurs manifestaient leur colère après qu’Aqababe, bien connu sur les réseaux sociaux, ait relayé un document provenant – selon lui – d’une ancienne stagiaire des équipes du réseau social. D’après eux,  une “blacklist” de comptes gênants aurait été établie par Snapchat qui serait même disposé, contre paiement, à supprimer ses comptes, sans raison valable. Une liste également établie selon les origines des influenceurs, toujours d’après Aqababe. Une accusation lancée alors qu’il avait lui-même vu, quelques heures avant, son compte être bloqué… parce qu’il aurait diffusé des informations privées ce certaines personnalités.

À LIRE AUSSI: Snapchat : polémique autour d’influenceurs placés sur une liste noire…

Snapchat dément les accusations

Face à l’ampleur prise par cette rumeur fallacieuse, fondée sur un simple document non sourcée, Snapchat a tenu à s’exprimer afin de démentir ces accusations. Par un communiqué officiel, l’entreprise a ainsi affirmé qu’aucune liste noire n’avait jamais été créée, et qu’aucun employé ne pouvait délibérément supprimer de compte : “Toutes ces allégations sont mensongères. Snapchat est une plateforme ouverte à tous, sans aucune forme de discrimination et nous sommes engagés à créer un produit qui reflète l’ensemble des cultures de nos utilisateurs, dans toute leur diversité. Un groupe d’individus a délibérément partagé des informations erronées après la suppression de leurs comptes pour avoir publié du contenu qui contrevient à nos conditions d’utilisation. La confidentialité et la confiance de notre communauté sont essentielles – et nous nous engageons à veiller à ce que nos directives s’appliquent équitablement à tous les membres de notre communauté, y compris les Snap Stars et les Snapchatters avec une grande audience. Nous continuons à travailler ardemment afin d’assurer à nos utilisateurs un environnement sain et sécurisé”. Des propos appuyés par plusieurs tweets de Xavier Durand, directeur général de Snap’, qui viennent donc mettre fin aux spéculations… et à la polémique.