A l’occasion d’un live sur Instagram, Serge Aurier est revenu sur la polémique qu’il avait créé en 2016 en direct sur Périscope, insultant notamment son entraîneur de l’époque Laurent Blanc.

Comme d’autres, Serge Aurier profite du confinement général en Europe pour se prêter au jeu des lives sur Instagram. En direct ce lundi soir, l’arrière droit de Tottenham a ainsi répondu aux questions des internautes, dont certaines portaient évidemment sur la polémique liée à “l’affaire Périscope”. A l’époque, l’international Ivoirien avait largement insulté son entraîneur, Laurent Blanc, avant d’être placé en équipe réserve par ses dirigeants puis d’être vendu. 4 ans après, Aurier est donc revenu ses propos : “Si je regrette ça, ça voudrait dire que je l’ai fait exprès. Quand tu regrettes un truc, c’est parce que tu l’as fait exprès et que tu te dis : ‘putain pourquoi je l’ai fait ?’. Ce jour-là, l’application, on ne la connaissait même pas. Je n’imaginais pas qu’il y avait des gens. On a déconné, on était jeunes”. L’ancien latéral droit de Lens et de Toulouse a également évoqué l’impact de cette polémique avait eu sur sa famille : “Ce n’était pas la meilleure période de ma vie. Aujourd’hui, tu demandes aux gens qui étaient là à l’époque, ils ont dû se dire que je n’allais pas me relever. Ce n’était pas un truc qui a été fait exprès. J’ai des regrets par rapport à ma famille. Ma mère n’était pas dans le meilleur état pendant cette période. Moi j’étais préparé, mais ma famille n’était pas prête à recevoir toute cette haine. Si je quitte Paris, c’est que dans ma tête ça n’allait plus, ma famille n’allait pas bien. Ma mère ne pouvait plus aller dans certains endroits sans qu’on lui tombe dessus”.

Enfin, Aurier n’a également pas hésité à tacler une nouvelle fois Jérôme Rothen, à qui il a violemment répondu après que le chroniqueur et ancien milieu offensif du PSG n’ait parlé de lui en des termes peu flatteurs : Si je devais écouter tout ce qui se disait quand j’étais à Paris et quand je suis sorti, des gens auraient encore des dettes avec moi. Je pardonne mais je n’oublie pas. Je l’ai vu comme tout le monde. Dans son message, il se fait passer pour le président de tout Paris, de tous les décideurs. Et moi je n’ai pas le droit de dire que j’aime le PSG. Il n’y a que lui. Dans ma réponse, j’ai juste voulu lui faire comprendre qu’il a fait beaucoup de bourdes dans sa jeunesse et durant son passage à Paris. J’ai lu que c’était la balance du vestiaire et qu’il avait manqué de respect aux supporters. Ça, je ne lai pas fait (…) Rothen m’a poussé à aller regarder des trucs sur lui (pour faire sa réponse) alors que normalement, je m’en fiche. Et franchement, il a fait des trucs de fou. En fait, il a fait pire que moi et il parle mal de moi comme s’il avait un casier vierge. Il n’y a jamais eu de recul sur son passage au PSG. Je ne cautionnerais jamais qu’un ancien joueur aille se mettre à la télé pour mal parler des joueurs actuels”. Voilà qui est donc dit.

À LIRE AUSSI: Serge Aurier répond fermement aux critiques de Jérôme Rothen