Alors qu’il profitait du confinement pour tourner un clip chez lui, le rappeur westcoast, Blueface, a assisté à une bagarre entre plusieurs de ses figurantes à moitié nues…

Le tournage du dernier clip de Blueface s’est transformé en vrai combat de boxe… d’un genre sexy ! En effet, ce samedi 18 avril, alors qu’il tournait une nouvelle vidéo chez lui à Los Angeles, en plein confinement, le rappeur a partagé dans ses stories Instagram la vidéo de plusieurs figurantes, danseuses et strip-teaseuses se chamaillant avant d’en venir aux mains. L’artiste, très porté sur la gent féminine, et son entourage ont publié plusieurs scènes sur les réseaux…

jeu de mains, jeu de vilains

Séquences après séquences, les choses s’enveniment et commencent à chauffer entre 2 des starlettes de clips… Des échanges difficiles entre les protagonistes entraînent des mots de plus en plus agressifs, se provoquant sur leur couleur de peau, des propos racistes, jusqu’à ce que les coups fusent ! Les femmes sont finalement séparées, mais continuent de se menacer. Dans une autre scène, une d’entre elles arrache la perruque de l’autre alors qu’elle flirtait avec l’artiste proche des Crips, provoquant le chaos…

Une figurante s’explique

A la suite de ces événements, la jeune femme qui s’est fait arracher la perruque par son adversaire a expliqué les raisons de ce pujilat de twerkeuses en string sur ses réseaux sociaux, tout en s’interrogeant : “Vous tous … Blueface m’a invité à sa séance vidéo et cette fille a eu le culot de dire : “laisse cette sale garce noire de peau…”, “tu es chauve parce que tu as la peau noire, sale garce…”, “vire cette pute noire”, tout ça pour aucune raison ! A quoi servent ces conneries en 2020? ”. Elle a ensuite ajouté : Attention, j’ai été attaquée parce que je ne me battais pas. La fille m’a arraché les cheveux pour prouver que j’étais chauve puis elle est venue me dire à quel point j’avais faim, car j’ai parlé à Blueface pendant que tout le monde se battait… Ces salopes sont folles.”

bleuface

Blueface a également réagi

Le rappeur a posé quelques mots sur les événements qui s’étaient déroués chez lui. : “Elles ne se disputaient pas pour moi, c’était beaucoup de haine mélangé à l’attitude de certaines. Je n’ai eu de relations avec aucune de ces femmes. Aucune d’elles n’étaient racistes, plus de la moitié des gens sur le tournage étaient noirs… En espérant pour l’auteur de Thotiana en 2018, que le clip fera autant parler à sa sortie que pendant ce tournage en quarantaine !