Jok’Air illustre un des extraits de son album Jok’Chirac, Prends moi cadeau, avec un clip engagé, en noir et blanc, à la Bonnie et Clyde

Issu de son dernier projet Jok’Chirac paru le 20 mars 2020, la 4ème track de l’album a le droit à une mise en scène épurée dans un clip réalisé par Michaël Tavernier. Le réalisateur avait déjà travaillé avec l’artiste, notamment pour le morceau Las Vegas et le film promotionnel La fièvre en lien avec sa mix-tape du même nom qui complétait son album studio Jok’Travolta. Le rappeur parisien continue la promotion du projet Jok’Chirac qui réunissait plusieurs featurings dont Sa maire aux mèresSadek, Alkpote, Luv Resval et Diddi Trix partageait l’affiche avec l’ancien membre de la MZ. 

À LIRE AUSSI: Jok’Air lâche son nouveau titre Money Time, extrait de Jok’Chirac

Violences policières au 1er plan

Après avoir clippé les morceaux Ne pleure pas, et Sa maire aux mères/Jok’Chirac dans une seule vidéo, le rappeur enchante encore son public. Prends moi cadeau commence dans une voiture conduite par Big Daddy Jok, accompagné d’une jeune femme sur le siège avant. Le morceau Nuit et Jour, autre extrait de Jok’Chirac, résonne dans la caisse, tandis qu’un policier arrête le bolide et contrôle le rappeur. Lorsqu’il sort du véhicule, on peut voir le haut qu’il arbore fièrement où est écrit : “Justice pour Adama, sans justice vous n’aurez pas la paix”. Un message de soutien en rapport à l’affaire Adama Traoré, dont la mort du jeune homme de 24 ans, après une interpellation policière, avait choqué et – une nouvelle fois -suscité de vraies questions sur les violences policières. Pour l’anecdote, Black M et Youssoupha portaient le même T-shirt dans le clip de Je suis chez moi en 2016.

Jok’Air – Prends moi cadeau :

Dans ce nouveau clip sorti ce 21 avril, Jok’Air dresse un état des lieux des violences répétées des forces de l’ordre, en particulier celle envers la communauté noire. Dans un récit qui ressemble à Bonnie et Clyde ou True Romance, tout en noir et blanc, le rappeur et sa copine Le Juiice (dans le clip) sont recherchés et deviennent icônes, puis martyrs de la cause. L’histoire s’inspire très clairement du très récent film Queen and Slim. Une vidéo esthétiquement travaillée qui prend même le temps de rendre hommage à Kobe Bryant, décédé le 26 janvier 2020 suite à un accident d’hélicoptère. On sait que le rappeur est fan de basket… le morceau finit d’ailleurs sur des jeunes gens jouant au basket sur un terrain californien (Kobe Bryant a joué aux Lakers de Los Angeles pendant 20 saisons). En fond, la musique Quai de la gare issu du projet Jok’Chirac termine le clip. 

Une situation qui se répète en France

Tourné aux Etats-Unis, là où les bavures policières sont nombreuses particulièrement contre les afro-américains, Prends moi cadeau aurait pu faire un parfait parallèle avec ce qui s’est passé à Villeneuve-La-Garenne ce week-end. Une voiture de police banalisée avait heurté un jeune homme en moto-cross, ce qui lui a coûté une fracture ouverte de la jambe. Des rappeurs s’étaient exprimés à ce sujet tels que Mac Tyer, Dosseh, Gradur, PLK… et accusaient les policiers de bavure. Pour rappel, dans le son Plus rien ne m’étonne, Jok’Air clamait : “Mon flow tue comme la police” en 2017.

Jok’Air – Plus rien ne m’étonne :