Jeudi 30 avril, alors qu’il était dans les rues de Paris, Eric Zemmour a subi des insultes et atteintes physiques par un individu, qui s’est ensuite exprimé sur son geste…

Eric Zemmour était au mauvais endroit au mauvais moment… A force de tenir des propos insupportables, forcément le chroniqueur controversé s’expose à des situations inconfortables, pas forcément du meilleur goût. “Il l’a bien cherché,” diront certains, mais est-ce vraiment nécessaire ? Ce jeudi 30 avril, un jeune homme a aperçu l’éditorialiste du Figaro et de CNews dans une rue parisienne, lui qui venait visiblement de sortir d’un supermarché. Après s’être approché de ce dernier, l’individu l’a immédiatement inondé d’insultes en filmant la scène à l’aide de son téléphone portable. Après avoir suivi quelques mètres Eric Zemmour, l’homme s’est ensuite vanté d’avoir craché sur lui. Une vidéo qui a été partagée sur ses réseaux sociaux, sous le nom de ‘Haram La Gratuité’… et qui a soulevé l’indignation de certains de ses proches, comme l’avocat et homme politique d’extrême droite, Gilbert Collard, qui a tout de suite apporté son soutien à Zemmour.

À LIRE AUSSI: Rohff se moque largement d’Eric Zemmour sur Twitter

“Il est super fort” !

“Eric Zemmour comment tu vas gros fils de pute ? Ça va gros fils de pute ? Nique bien ta mère”, hurle l’individu au journaliste avant de se rapprocher de lui et le menacer physiquement : “Eric un petit doigt dans le cul ? Un petit doigt dans le cul Eric !” Après coup, l’agresseur s’est adressé à ses abonnés en leur indiquant que la vidéo a coupé, mais qu’il avait pu cracher sur sa victime : “Je peux vous dire qu’il a gouté un molard…”. Mais l’homme voyant sa vidéo prendre de l’ampleur s’est exprimé sur ses actes…

Dans cette vidéo publiée le soir même des événements, l’agresseur a indiqué que le seul moyen pour dialoguer avec sa victime était des insultes, puisque Zemmour serait pour lui, trop fort. “Ouais, ouais, je sais, j’aurais pas du l’insulter et tout ça, mais comment vous voulez parler avec lui, dites moi ? C’est peut-être un fils de pute, mais c’est impossible de parler avec lui, il est super fort… c’est impossible, donc c’est comme si j’aurais voulu parler avec Marine Le Pen. A part l’insulter sa mère, vous voulez faire quoi ?”, constate-t-il comme désarmé, constatant son manque de répartie face à la force oratoire d’un Zemmour qui utilise malheureusement ses atouts pour livrer de mauvais combats… Alors forcément pour l’homme de médias, ses rencontres dans la rue où il s’expose à la virulence de ses opposants devient presque monnaie courante…