La sex-tape d’une femme en train de se masturber, dans un magasin IKEA en Chine, a rapidement fait le tour des réseaux sociaux…Un magasin IKEA a fait beaucoup parler de lui en Chine ! Dans le pays encore en proie au Coronavirus, il est possible d’y voir des amateurs de sieste prendre du bon temps sur les canapés et les lits des magasins d’ameublement. Mais, cette fois, le besoin d’utiliser le matériel de l’enseigne suédoise n’était pas du tout pour se relaxer ou presque… Une vidéo postée le 9 mai, a fait le tour du Net en cumulant plus de 8 000 likes sur le réseau social Weibo. Dans cette publication, on peut apercevoir une femme prendre du plaisir sexuel (se masturber !) sur un fauteuil du magasin à l’enseigne jaune et bleu, alors que des clients en arrière-plan font leurs emplettes. De ce fait, IKEA a publié un communiqué dimanche en faisant explicitement référence à la vidéo en question. L’enseigne affirme condamner de tels comportements ” et appelle sa clientèle à se comporter de “manière civilisée ”. IKEA a aussi alerté la police quant à la situation. L’auteur ainsi que la plateforme qui a diffusé la vidéo sont accusés d’avoir violé les dispositions de l’article 12 de la loi sur la sécurité des réseaux.

Une ancienne vidéo ?

Même si cette scène a été rapidement retirée des réseaux sociaux, elle suscite des interrogations sur sa date, son lieu de tournage ainsi que l’identité de cette jeune femme. Selon des internautes, cette vidéo de 16 minutes aurait pu être capturée en décembre dans un magasin situé dans la région de Canton. En effet, les visiteurs en arrière-plan ne portent pas de masques, et des annonces en cantonais peuvent être entendues dans le magasin. Une situation qui porte à croire que tout ceci a eu lieu avant la pandémie de Covid-19 étant donné les mesures sécuri de la Chine en ces temps de crise sanitaire. Autre théorie, certains internautes affirment aussi avoir reconnu une femme travaillant habituellement pour un site pornographique, reste à vérifier toutes ces informations…

Dans tous les cas, selon la police chinoise, la femme sur la vidéo et le cameraman risquent 3 ans de prison pour avoir “diffusé du contenu obscène”.

ikea