Assassiné par la police, qui était George Floyd ? Passionné de musique, il a eu un passé de rappeur et de sportif, bien avant son arrivée à Minneapolis…

Tué, voire exécuté le 25 mai, après une arrestation particulièrement violente par des policiers de Minneapolis dans le Minnesota, George Floyd est devenu un martyr de la cause afro-Américaine et de toutes les personnes discriminées par leur couleur de peau. Assassiné sous les coups d’une bavure policière à 46 ans (pour avoir semble-t-il tenté d’écouler un faux billet de 20 dollars), sa mort est dénoncée par toute une communauté, et bien plus encore, dans le monde entier. Depuis sa mort, et alors que le hashtag #JusticeForFloyd est repris sur les réseaux, les manifestations se multiplient et les émeutes s’amplifient pour dénoncer le racisme, et la violence, dans la police américaine, et demander justice. Mais qui était George Floyd, ce quadragénaire dont le décès tragique – et alors que des vidéos prouvent qu’il n’avait pas résisté à son interpellation – a également provoqué une vague de réactions et d’indignation de la part de nombreuses célébrités ?

À LIRE AUSSI: Mort de George Floyd : artistes et célébrités réagissent…

 

Big Floyd, ancien rappeur…

Avant d’arriver à Minneapolis, où il s’est installé il y a déjà quelques années, l’homme vivait auparavant à Houston et a joué un rôle sur la scène hip-hop locale, de la grande ville du Texas, en tant que rappeur. Cette petite carrière musicale s’est déroulée dans les années 1990, lorsqu’il travaillait avec le Screwed Up Click. Un collectif de hip-hop dirigé par le défunt Dj Screw qui l’avait invité sur sa mix-tape Screw Tapes. Sous le nom de Big Floyd, il apparaît sur des anciens morceaux et faisait partie des Presidential Playas, qui a sorti un album intitulé Block Party en 1996. Aujourd’hui, il travaillait comme videur au Conga Latin Bistro, fermé depuis mars en raison du Coronavirus. Son patron considérait son employé comme un très bon ami.

Big Floyd feat. Chris Ward & AD – Sittin On Top Of The World Freestyle :

… Avec un passé de sportif

L’un des souvenirs qui reste gravé à jamais dans les mémoires de son entourage est son épopée sportive au lycée. George Floyd a grandi à Houston, dans un quartier noir du sud du centre-ville connu sous le nom de Third Ward. Diplômé de Yates High School en 1993, George Floyd était l’ancien camarade de classe de Stephen Jackson, joueur de basket-ball (au sein des San Antonio Spurs et des Golden State Warriors) maintenant retraité. L’homme décédé, jouait au football américain et au basket-ball pendant sa jeunesse et avait un bon niveau. Une journaliste de Houston a déterré des images d’archives d’un touchdown en 1992, marqué par Floyd en sautant plus haut que son adversaire.

Stephen Jackson, en pleurs, a réagi à la disparition de son ami, qu’il surnommait son “jumeau, à la télé américaine, dans USA Today :

George et moi, nous nous sommes rencontrés par l’intermédiaire d’un ami. Immédiatement, quand on s’est vu, on s’est mutuellement demandé qui était notre père, tellement on se ressemblait.
A chaque fois que je revenais à Houston, mon premier arrêt était chez lui. Ce qui me tue, c’est qu’en tant qu’athlète professionnel, on est souvent confrontés à des gens qui abusent de notre gentillesse ou de notre relation avec eux. George n’était pas comme ça.
Il m’a toujours soutenu de façon authentique durant ma carrière et sans y chercher son intérêt.

J’étais sur le canapé avec ma fille et la mère de ma fiancée, qui est du Minnesota, m’a envoyé la vidéo. Vu qu’elle fait ça fréquemment, je me suis dit que c’était à nouveau un homme noir assassiné par la police.
Ce n’est que quand j’ai vu que j’avais 50 messages, avec l’un d’entre eux qui disait : ‘Tu as vu ce qu’ils ont fait à ton jumeau ?’ que j’ai compris. J’ai hurlé et j’ai failli me casser la main de rage. 

Je suis capable de fondre en larmes quand je vois un SDF que je ne peux pas aider. Alors voir l’un de mes meilleurs amis se faire assassiner pour une facture de 20 dollars, ça m’a détruit. Je ne suis plus le même depuis.”