Tandis que le président de l’UFC Dana White a révélé cette nuit la carte de l’UFC 251, il a également confirmé que l’évènement, comme plusieurs séries de combats, aurait lieu sur une île au large d’Abou Dhabi.

A chaque problème sa solution pour l’UFC. Tandis qu’il y a un mois, la fédération se retrouvait à Jacksonville dans une salle à huis-clos pour l’UFC 249, un évènement plusieurs fois reporté en raison de la pandémie de Covid-19, son président Dana White a confirmé cette nuit que plusieurs de ses prochains shows se dérouleraient sur l’île de Yas, au large d’Abou Dhabi, sur la fameuse “Fight Island” évoquée depuis plusieurs semaines. Une décision qui permettra à l’UFC, comme l’a affirmé Dana White, d’aligner des combattants internationaux, alors que les frontières extérieurs des Etats-Unis sont toujours fermées : “Nous allons sur l’île de Yas pour organiser ces combats, car la chose la plus difficile en ce moment c’est de faire entrer aux Etats-Unis des gens venant d’autres parties du monde (…) Nous sommes une véritable entreprise mondiale, nous sommes les seuls à proposer du sport en direct en ce moment. Et si je continue à organiser des combats aux États-Unis, je vais épuiser tout mon vivier américain”. 

À LIRE AUSSI: UFC 249 : Gaethje s’impose face à Tony Ferguson, Ngannou triomphe encore

L’UFC dans une bulle sur son île

Au programme, 4 soirées de combats, les 11, 15, 18 et 21 juillet, dont le très attendu combat pour la ceinture des welters entre Kamaru Usman et Gilbert Burns. La fédération sera ainsi placée dans une bulle très sécurisée où seuls les officiels, les entraîneurs et les combattants (ainsi que leurs familles) pourront accéder, bénéficiant d’hôtels privatisés ou d’octogones sur la plage pour s’entraîner. Si le cadre peut prêter à confusion, ces quelques jours ne seront en tout cas clairement pas des vacances…