La célèbre chaîne de cafés américaines, Starbucks, a fait part a ses employés qu’ils n’étaient pas autorisés à porter quelconques vêtements ou accessoires mentionnant le mouvement Black Lives Matter. Une décision qui fait grand bruit de l’autre côté de l’Atlantique.

Black Lives Matter, une formule lourde de sens à la résonance on ne peut plus décuplée depuis le décès de George Floyd, le 25 mai 2020. Alors que l’heure est aux manifestations et au soutien quant au traitement des noirs aux Etats-Unis, la société Starbucks a, elle, pris la décision d’interdire à ses employés le port de tout vêtement ou accessoire faisant référence au mouvement Black Lives Matter. D’après les informations du média américain BuzzFeed News, la très lucrative chaîne de coffee-shops estime que ces gestes de soutien pourraient être mal interprétés et source de violence. Starbucks fait également état du fait qu’elle a déjà mis en place une politique qui interdit le port d’accessoires à caractère ostentatoire. Pas de représentations religieuses ou politiques dans leurs établissements.

À LIRE AUSSI:

UNE DÉCISION LARGEMENT CONTESTÉE

Malgré les tentatives de justifications de la part de la multinationale, la décision n’en demeure pas moins contestée. D’une part car la société américaine avait fait part de son soutien à la cause via les réseaux sociaux (tout comme en 2018 quand elle avait fermé les portes pour sensibiliser ses employés au racisme), mais aussi car elle serait récemment allée à l’encontre de sa propre politique en distribuant à ses employés des T-shirts et des pins faisant la promotion du mouvement LGBT en vue de la Gay Pride en ce mois de juin. De nombreuses personnes en appellent désormais au boycott des coffee-shops Starbucks, notamment par l’intermédiaire du hashtag #BoycottStarbucks, en forte tendance sur Twitter. Cette affaire n’est évidemment pas sans rappeler l’arrestation controversée et filmée de 2 hommes noirs dans un Starbucks à Philadelphie en avril 2018. La situation se complique donc fortement pour l’enseigne Starbucks, déjà en proie à de sérieux soucis économiques l’obligeant à fermer plusieurs centaines de ses coffee-shops.