Des tags racistes visant plusieurs athlètes dont Teddy Riner ont découvert sur les murs de l’INSEP, l’institut national du sport français.

Symbole de la grandeur du sport français et lieu de formation de milliers de sportifs, à l’image de Teddy Riner, Tony Parker ou encore Tony Yoka, l’INSEP, Institut national du sport, de l’expertise et de la performance, se retrouve bien malgré lui au coeur de la polémique. Des inscriptions racistes ont en effet été retrouvées ce week-end sur 3 portraits qui ornent les grilles du complexe situé dans le bois de Vincennes, dont ceux du meilleur judoka de tous les temps ou du sprinteur Dimitri Bascou. C’est l’athlète olympique Maëva Danois, spécialiste du 3000m steeple et du cross-country, qui a découvert les inscriptions et a évoqué son dégoût sur les réseaux sociaux.

Une plainte déposée

L’affaire a évidemment très rapidement fait réagir de nombreux sportifs mais aussi l’INSEP et son directeur, l’ancien lutteur Ghani Yalouz, qui s’est rapidement fendu d’un communiqué afin de dénoncer ces actes et d’annoncer que des poursuites judiciaires allaient être engagées. Comme lui, la ministre des sports Roxana Maracineanu ou Elodie Clouvel, médaillée d’argent en 2016 sur l’épreuve du pentathlon, ont évoqué leur dégoût face à ses tags.