Hatik, rappeur star de la série Validé par Franck Gastambide, est revenu sur les violences qu’il a subies lors d’un contrôle de police…

La discussion autour des violences policières est toujours à l’ordre du jour, et régulièrement de nouvelles affaires surgissent. En France, le débat avait repris quand Camélia Jordana avait déclaré sur le plateau d’On N’est Pas Couché présenté par Laurent Ruquier :Il y a des milliers de personnes qui ne se sentent pas en sécurité face à un flic. Et j’en fais partie. Aujourd’hui, j‘ai les cheveux défrisés, quand j’ai les cheveux frisés, je ne me sens pas en sécurité face à un flic en France”. Propos condamnés par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner et par les politiques en général, peu importe leurs bords. Au même moment, la mort de George Floyd émouvait le monde entier et rappelait la mort d’Adama Traoré. Dans ce contexte et alors que de nouvelles expertises sur la mort de son frère étaient révélées, Assa Traoré organisait une 1ère marche à Paris qui rassemblait plus de 20 000 personnes, dont de nombreuses personnalités. Le débat relancé en France, obligeant le ministre de l’Intérieur à prendre position sur les comportements des forces de l’ordre et leurs méthodes d’interpellation, le rappeur Hatik, est revenu sur les violences policières qu’il a lui-même subies. 

À LIRE AUSSI: Des conversations de policiers racistes et fascistes, en France, révélées…

Les policiers n’ont rien eu…

Dans cette ambiance tendue entre la population et la police, chacun revendiquant sa vérité, Hatik a choisi de faire des révélations au magazine Voici (paru ce 26 juin), sur son expérience avec les flics. S’étonnant que la prise de conscience n’arrive que maintenant : “Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi c’est maintenant que ça pète, confie-t-il cette semaine dans Voici. Tant mieux, mais ça fait des années qu’il y a des mecs qui se font tuer aux Etats-Unis et en France…n l’artiste de 27 ans est revenu sur une arrestation dont il a fait les frais. Il raconte ce qu’il a vécu : “Lors d’un contrôle beaucoup trop musclé, j’ai signifié aux personnes présentes qu’il fallait contrôler les gens avec un peu plus de douceur et je me suis littéralement fait casser la gueule ! Il continue en expliquant qu’une fois arrivé au commissariat, les agents des forces de l’ordre auraient continué. Mais surtout, ce qui énerve le rappeur et acteur, c’est l’impunité dont ces policiers auraient fait l’objet. “La juge avait constaté mes bleus et engueulé les policiers au sein du tribunal. Eux n’ont rien eu. Comment croire à la justice après ça ?. Il apporte également son soutien à Camélia Jordana. A ses yeux, tout le monde devrait avoir le même genre de réaction qu’elle :Soit on refuse de rentrer dans cette matrice de certains plateaux télé et on reste entre nous, soit, si on rentre, on devient le virus à l’intérieur du système. Ce n’est pas la 1ère fois qu’Hatik s’exprime sur ce sujet. Il avait notamment déclaré auprès du média Brut un manque de sanctions de la part de l’IGPN… et un “jeu du chat et de la souris malsain entre le peuple et la police !

hatik