Dans une mini-série produite par HBO, Mahershala Ali se glissera dans la peau de Jack Johnson, 1er champion du monde noir des poids lourds, entre 1908 et 1915…

Après avoir confié à plusieurs reprises qu’il rêvait d’incarner Jack Johnson à l’écran, Mahershala Ali (vu dans Hunger Games, Moonlight ou Green Book) va bel et bien réaliser ce souhait. L’acteur de 46 ans, oscarisé prendra le rôle le 1er champion du monde noir poids lourds dans une mini-série de 6 épisodes intitulée Unruly. Le futur interprète de Blade (à la place de Wesley Snipes dans un reebot développé par Marvel) n’en est pourtant pas à son 1er coup d’essai en tant que Jack Johnson puisqu’il s’est déjà glissé dans la peau de l’ancien boxeur, en 2000, dans une représentation de la pièce de théâtre The Great White Hope.

Développée par HBO, la série basée sur le film documentaire de Ken Burns intitulé Unforgivable Blackness : The Rise and Fall of Jack Johnson, sera écrite par la dramaturge afro-américaine Dominique Morisseau et produite par Playtone, la société de production fondée par Tom Hanks. Elle dépeindra sans vergogne, l’ascension du défunt pugiliste vers le sommet, ainsi que les difficultés rencontrées dues à sa couleur de peau dans une Amérique ségrégationniste.

À LIRE AUSSI: Marvel annonce un reboot des films Blade avec Mahershala Ali

Jack Johnson, un pionnier par excellence

Surnommé le géant de Galveston (sa ville de naissance du Texas), Jack Johnson est un fils d’anciens esclaves. 3ème d’une fratrie de 9 enfants, il fait ses grands débuts dans la boxe professionnelle le 1e novembre 1898, à Galveston, avec une facile victoire par K.O face à Charley Brooks. 5 ans plus tard, il remporte le World Colored Heavywaight Champioship, soit le titre des poids lourds pour les noirs, seule distinction possible pour les boxeurs de couleurs dans la catégorie reine, à l’époque. Mais Johnson voit les choses en grand et veut devenir champion du monde des lourds, cependant le tenant du titre, James J. Jeffries, préfère prendre sa retraite plutôt que de l’affronter. Le défi sera finalement relevé par le champion du monde canadien, Tommy Burns. Interdit sur le sol américain, le combat entre les 2 hommes a lieu le 26 décembre 1908 à Sydney. Une date à jamais gravée dans l’histoire puisque Jack Johnson terrasse Burns et devint le 1er noir à devenir champion chez les lourds. En 1910, Jeffries décide de sortir de sa retraite pour défier le nouveau champion et déclare : “Je vais combattre dans le but de prouver qu’un homme blanc est meilleur qu’un nègre”. Considéré à l’époque comme le combat du siècle, l’affrontement se tient le 4 juillet 1910 dans un ambiance extrêmement raciste. Malgré ça, Jeffries subit le même traitement que Burns et s’incline face à la puissance de Johnson. Ce résultat entraînera des vagues d’agressions racistes meurtrières à travers les Etats-Unis. Décédé le 10 juin 1646 à l’âge de 68 ans, Jack Johnson demeure une icône du sport et de la culture noire. Intronisé à l’International Boxing Hall of Fame dès sa création en 1990, le natif de Galveston a même été gracié à titre posthume par Donald Trump en mai 2018. En effet, l’athlète noir avait été emprisonné en 1912 pour avoir fréquenté une femme blanche, Lucille Cameron, et avoir donc enfreint une loi raciste, le Mann Act. Elle était pourtant devenue se femme. Considéré comme une idole par Muhammad Ali, Johnson est un pionnier, de la même trempe que son illustre cadet.

Jack Johnson terrasse James J. Jeffries :