Venu se plaindre au commissariat d’Evry (91) du manque d’avancée dans l’enquête sur les tirs à son domicile en janvier dernier, Patrice Quarteron a finalement été place en garde à vue ce jeudi après avoir menacé les policiers. Il a été libéré quelques heures après.

S’il fait régulièrement parler de lui dans certains médias, Patrice Quarteron avait vu son domicile visé par des tirs d’armes à feu en début d’année. Un acte qui arrivait dans un contexte particulier puisque il réside avec sa famille dans un logement situé sur le domaine de Serge Dassault, homme d’affaires et ancien maire de Corbeil-Essonnes décédé en mai 2018, pour lequel Quarteron était jardinier. Sauf que depuis sa mort, ses héritiers sont en lutte avec le combattant afin qu’il quitte les lieux, ce que ce dernier se refuse à faire. Forcément, Quarteron, qui n’était pas présent -comme sa famille- chez lui au moment des faits, avait rapidement déposer plainte.

À LIRE AUSSI: Patrice Quarteron : son domicile de Corbeil-Essonnes visé par des tirs

Mécontent, il menace des policiers

Face au manque d’avancée dans l’enquête, largement ralentie par la crise sanitaire récente, Patrice Quarteron s’est rendu au commissariat d’Evry afin d’exprimer sa colère. Le ton est visiblement rapidement monté et le boxeur, qui était dans le même temps en direct sur Facebook, aurait tenu des propos menaçants face aux agents. A tel point qu’il a été placé en garde à vue pendant quelques heures pour “menaces de mort sur personne dépositaire de l’autorité publique” et “atteinte à l’intimité de la vie privée”. Libéré après 4 heures, il continuera néanmoins à se filmer, accusant notamment devant la caméra le commissaire d’avoir menti pour son arrestation, après avoir interpellé la veille le Premier Ministre sur Twitter. Aucune poursuite ne devrait toutefois être engagée contre lui, tandis que l’enquête pour retrouver les responsables des tirs à son domicile continue…

Publiée par Patrice Quarteron sur Jeudi 16 juillet 2020