Le latéral droit de Tottenham s’est exprimé sur le décès de son petit frère, Christopher, en apportant des précisions quant aux raisons qui ont poussé l’assaillant à passer à l’acte…

S’il a reçu de nombreux messages de soutien après le décès de son frère Christopher survenu lundi 13 juillet matin aux abords d’une discothèque toulousaine, Serge Aurier n’avait pas encore réagi publiquement. L’ancien joueur du Paris Saint-Germain a enfin brisé le silence, ce jeudi 16 juillet, dans une interview accordé à LaDepêche.fr. En plus de décrire son défunt petit-frère comme une personne pieuse, serviable et très proche de sa famille, le latéral droit des Spurs a raconté les circonstances dans lesquelles il a appris la tragique nouvelle.“Il était 7 heures. J’étais couché chez moi quand un ami m’a envoyé l’image d’un tweet. J’ai demandé s’il était avec sa copine. Mais il était venu à la maison et ressorti. J’ai dû l’annoncer rapidement à ma mère et anticiper. Je suis resté toute la journée dans mon lit sans bouger. Ça a été une journée difficile…”, a-t-il confié.

View this post on Instagram

A big win on the road 💪

A post shared by Tottenham Hotspur (@spursofficial) on

Un meurtre sur fond de jalousie amoureuse

En fuite après son attaque par balles, le meurtrier s’était finalement rendu de son plein gré aux forces de l’ordre toulousaines, mardi 14 juillet. Mis en examen ce jeudi, l’homme âgé d’une trentaine d’années, très alcoolisé au moment des faits, a reconnu avoir ouvert le feu sur Christopher Aurier par jalousie amoureuse. Une information confirmée par l’international ivoirien. “C’est une histoire de fille. Mon frère parlait avec une ex d’il y a bien longtemps. Son nouveau copain voulait qu’il arrête. Christopher ne lui répondait pas. Il l’ignorait. Il est parti acheter à manger. Il est revenu et il lui a tiré dessus.” Très attristé, Serge Aurier a tout de même tenu sa place sur le côté droit de la défense de Tottenham lors la victoire sur le terrain de Newcastle mercredi (3-1). “Je voulais jouer car on restera toujours debout”, a-t-il déclaré, en ajoutant notamment qu’il n’était rongé par aucun sentiment de haine ou de vengeance vis-à-vis du tueur. Un vibrant hommage sera rendu à Christopher Aurier, ce samedi 18 juillet, au cours d’une marche blanche qui se tiendra à Toulouse, aux alentours de 14 heures.

À LIRE AUSSI: Le tueur de Christopher Aurier se serait rendu !