Kanye West a donné cette nuit son 1er meeting de campagne en Caroline du Sud. L’occasion pour lui de parler de l’esclavage ou de ses idées contre l’avortement, un sujet qui l’a vu terminer son show en larmes.

Proche d’annoncer son abandon la semaine dernière, lui qui a annoncé il y a peu son souhait de se présenter à la prochaine élection présidentielle américaine, Kanye West a tenu cette nuit son 1er meeting de campagne à Charleston, en Caroline du Sud. Une ville sans doute pas choisie au hasard puisqu’elle fut l’épicentre de nombreux affrontements sur fond de racisme il y a plusieurs années. Seul face à un public d’invités qui ont dû signer une décharge contre le Coronavirus, porter un masque et respecter la distanciation sociale, le mari de Kim Kardashian était notamment vêtu d’un gilet pare-balles portant la mention “Sécurité”. Un style vestimentaire particulier pour un discours qui a généré pas mal d’inquiétudes chez les observateurs, Kanye évoquant notamment l’esclavage en remettant en cause les actes de l’abolitionniste Harriet Tubman : “Elle n’a jamais vraiment libéré les esclaves, elle a juste fait travailler les esclaves pour d’autres Blancs”.

À LIRE AUSSI: Kanye West : un nouvel album en fin de semaine ?

Et soudain, Kanye fond en larmes

Surtout, Kanye a justifié sa position très critiquée contre l’avortement, qu’il qualifie purement et simplement d’assassinat, et a affirmé qu’il aurait lui-même pu ne jamais voir le jour puisque son père souhaitait que sa mère avorte. Un souvenir visiblement très émouvant pour lui puisqu’il a alors éclaté en sanglots. Après avoir laissé un silence de plusieurs longues secondes, il a également crié avoir pensé “à tuer sa fille”, expliquant qu’il souhaitait que Kim K avorte de leur fille North. Une prise de parole qui provoque déjà de nombreux débats sur les réseaux sociaux, beaucoup s’interrogeant sur sa santé mentale actuelle…