Wiley a déclenché un tollé après avoir posté plusieurs tweets visant la communauté juive ce week-end. Le rappeur britannique en a profité pour prendre, une nouvelle fois, Drake en grippe.

Après Nick Cannon il y a 2 semaines, c’est au tour de l’anglais Wiley d’être au cœur d’une polémique pour des propos considérés comme antisémites. Le Mc londonien n’y est effectivement pas allé de main morte ce week-end en postant plusieurs tweets visant directement la communauté juive. L’interprète de Boatsy est même allé jusqu’à comparé les Juifs au Ku Klux Klan : “Il y a 2 catégories de personnes que les gens n’ont jamais voulu défier, c’est les juifs et le Ku Klux Klan, mais après 20 années passées dans cette industrie on commence à comprendre la raison. Les red necks sont le KKK et les juifs sont la loi. Comprenez-le”, a-t-il, entre autres, déclaré en ajoutant notamment : “Les juifs s’en foutent complètement de ce que les noirs ont enduré. Ils nous utilisent simplement pour gagner de l’argent afin de nourrir leurs enfants, et ce pour des générations”.

Plusieurs de ses tweets ont même été masqués par le réseau social en raison du non-respect des règles du réseau social à l’oiseau bleu et de la vague d’indignations qu’ils ont suscité chez les internautes, mais aussi chez plusieurs associations. Face à la polémique, son équipe de management a également décidé de lâcher le rappeur :Suite aux propos de Wiley, nous prenons la décision de ne plus travailler avec lui. Il n’y pas de place pour l’antisémitisme dans notre société”, a ainsi tweeté son ancien manager John Woolf, directeur de l’agence A-List Management.

Wiley tweets

Drake également visé

Malgré la polémique et l’étau qui se resserre autour de lui, le rappeur de 41 ans n’en demeure pas moins campé sur ses positions qu’il défend avec véhémence, tout en s’en prenant également à Drake qui possède des origines juives de par sa mère : “Dégagez avec vos conneries d’antisémitisme et prenez Drake avec vous (…) Tout ce que je dis est la raison pour laquelle Drake ne peut pas avoir la black excellence. Demandez à Drake et Jay-Z”. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le londonien affiche sa défiance envers le rappeur de Toronto. En 2019, il le qualifiait de “culture vulture” (vautour de culture, en français), comprendre une personne s’appropriant un style uniquement a des fins financières. Une remarque à laquelle Drizzy avait rapidement répondu : “C’est des conneries de haters. Mais c’est comme ça, j’ai l’habitude. Je ne comprendrais jamais qu’on ne considère pas comme admirable le fait de soutenir la chanson d’un artiste ou bien de lui faire don d’une chanson voire même de poser avec lui. Mais je comprends que certaines personnes aient leur propre vision des choses”. Ambiance…