Le défunt Pop Smoke aurait refusé de collaborer avec les forces de l’ordre avant de décéder tragiquement en février dernier.

Malgré sa mort tragique survenue en février 2020 à Los Angeles, Pop Smoke fait encore et toujours l’actualité. En effet, outre l’immense succès de son album posthume Shoot for the Stars, Aim for the Moon, sorti début juillet et qui a fini en tête des charts, la cover du projet avait été au coeur de la polémique. Alors que Virgil Abloh devait initialement s’en charger et avait présenté son travail peu de temps avant la sortie de l’album, il avait été pris à parti par les fans, ces derniers lui reprochant son manque d’implication et l’amateurisme du visuel, qui paraissait effectivement très simple.La pression fut tellement forte que la maison de disque a préféré refaire la cover de l’album, pendant que le producteur exécutif de l’album, 50 Cent, a publiquement critiqué le designer. Aujourd’hui, ce n’est pas sa musique que Pop Smoke est au centre de l’attention, mais une tout autre histoire…

Il aurait refusé de collaborer avec la police

Selon le New York Post, le NYPD, la police new-yorkaise, aurait essayé de faire en sorte que le rappeur originaire de Brooklyn collabore avec eux lors de son arrestation en décembre 2019. Pop Smoke, de son vrai nom Bashar Barakah Jackson de son vrai nom, avait été arrêté car il possédait une Rolls Royce volée. Les forces de l’ordre l’avaient interrogé vis-à-vis d’une fusillade qui avait eu lieu en juin 2019, mais qui n’avait fait aucun mort. Les autorités étaient persuadées que Pop possédait des informations sur ce qui s’était passé, car ils avaient des vidéos de surveillance de lui en train de conduire une voiture près de la scène de crime. Ils l’ont aussi interrogé pour avoir des informations sur certains gangs, comme les Crips. 

Selon l’avocat de Smoke, ce dernier n’avait aucune intention de donner la moindre information aux enquêteurs : Toute conversation sur une potentielle collaboration se terminait rapidement”. En janvier dernier, le rappeur s’est une nouvelle fois fait arrêter et avait encore été questionné au sujets des Crips et de la fusillade, mais une fois de plus, il a refusé de parler. Cette histoire fait évidemment écho à celle de 6ix9ine qui, contrairement à Pop Smoke, a lui accepté de collaborer avec les forces de l’ordre. Le rappeur aux cheveux colorés a d’ailleurs évoqué le défunt Mc new-yorkais -sans le citer-, affirmant qu’il était accompagné par une grosse équipe de sécurité afin de ne pas se prendre “de balles dans la gueule”. Un commentaire pas vraiment bien senti qui a une nouvelle fois provoqué la colère de nombreux internautes…

À LIRE AUSSI: 50 Cent : son fils affirme lui préférer Pop Smoke