Alors que le chanteur d’RNB R.Kelly attendant son jugement en prison, 3 de ses associés auraient essayer d’intimider une des victimes… 

Plus de 20 ans après, R.Kelly continue de faire l’objet de graves accusations, notamment de viols, d’agressions sexuelles ou encore de pédophilie. Si au début des années 2000, il n’avait pas été inquiété par la justice, après la diffusion du documentaire Surviving R.Kelly, où de nombreuses personnes se sont livrées sur le calvaire qu’elles ont subi ou sur ce qu’elles ont vu, une enquête a été réouverte. Bien sûr, le principal intéressé nie tout en bloc, ce qui a donné une séquence incroyable où il s’énerve en s’exclamant que tout est faux. Bien qu’aujourd’hui, il soit en prison dans l’attente de son jugement (et qu’il ait fait plusieurs demandes pour en sortir, qui ont toutes échoué), le FBI souhaiterait protéger les jurés pour pas qu’ils aient à subir d’intimidation de la part de l’équipe du chanteur d’RNB. Sauf qu’il semblerait qu’ils aient décidé de protéger les mauvaises personnes… 

À LIRE AUSSI: R. Kelly : l’une de ses ex-petites amies évoque son calvaire

Ils ont brûlé sa voiture

Tout ça a eu lieu le jeudi 11 au matin, en Floride. Dans des documents rendus public, les procureurs fédéraux ont affirmé que 3 membres de l’équipe de l’interprète d’believe I can fly, ont été accusés de chantage et d’intimidation sur certaines des victimes ayant porté plainte. Mercredi matin, une des plaignantes s’est réveillée en voyant sa voiture en flamme dans son allée. Et ça ne serait pas la seule technique employée. En effet, il y aurait également du chantage, avec notamment la divulgation de photos très intimes ou encore le versement de 500 000 dollars, pour influer sur le discours des victimes. Ce n’est pas la 1ère fois que des membres du clan d’R.Kelly sont accusés d’intimidation. En octobre 2019, ils auraient envoyé une lettre à l’une des plaignantes en la menaçant de dévoiler des photos intimes d’elle. Selon l’inspecteur chargé de l’enquête, les 3 membres de l’équipe du chanteur seraient prêts à tout pour lui faire éviter la prison. En attendant, son procès devrait avoir lieu le 29 septembre à New York. Mais à cause de la pandémie de coronavirus, ce dernier pourrait bien être décalé.