Winamax a suscité de nombreuses réactions d’indignations en raison d’un tweet (en référence à PNL) considéré comme homophobe, notamment par les politiques…

Connu pour son humour et son goût prononcé pour le second degré, le compte Twitter de Winamax n’a pas dérogé à sa réputation pour célébrer l’historique présence de 2 clubs français en demi-finale de la Ligue des Champions, à savoir le Paris Saint-Germain, vainqueur de l’Atalanta et l’Olympique Lyonnais, bourreau de Manchester City, dans la soirée vendredi 14 août. Le community manager du site de paris en ligne a joué la carte de la provoc’ en tweetant, le lendemain matin : “On prend l’Europe et on l’encule à deux” avec une photo sur laquelle les écussons de l’OL et du PSG remplaçaient les visages de N.O.S et Ademo sur la fameuse cover de l’album Deux frères de PNL (tout juste certifiée disque de diamant). Si les férus de rap ont saisi et apprécié la référence à la phase : “On prend le rap et on l’encule à deux”, issu du morceau Celcius du célèbre duo, bon nombre de personnes se sont montrés indignés par ce tweet en pointant du doigt son caractère “homophobe”.

Les politiques s’en mêlent

Choquée, la ministre des sports Roxana Maracineanu a, sans mâcher ses mots,  directement interpellé Winamax, tout en appelant les responsables de Twitter à faire preuve de plus de fermeté. “Sérieusement Winamax vous vous croyez où ? Votre tweet est à vomir. Twitter, ça ne vous dérange pas de laisser passer ce genre de messages ?”, s’est-elle insurgée. Une réaction similaire chez Marlène Schiappa. La ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté a épingle la plateforme de poker et de paris en ligne en invitant notamment les internautes à lire un article explicatif de FranceInfo quant au caractère homophobe du mot “enculé”. “On peut, bien sûr, se contenter de répéter ce qu’on a toujours entendu. On peut aussi réfléchir à la portée de nos propos publics. Par exemple en lisant cet article”, a t-elle tweeté. Elisabeth Moreno, la ministre déléguée à l’égalité femmes-hommes, à la diversité et à l’égalité des chances parle elle de “communication crasse et blessante”. Malgré le tollé qu’a déclenché le fameux post, Winamax n’a pas daigné le supprimer et semble l’assumer pleinement.