Une simple soirée d’anniversaire organisée dans la Drôme a pris des proportions folles. Plus de 300 personnes y ont participé, et de nombreux dégâts à déplorer. 

C’était à la base une petite soirée, c’est devenu une gigantesque fête digne du film culte de l’année 2012, Projet X. Ce mardi 18 août au soir, 3 jeunes filles avaient organisé un anniversaire, à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme), dans le domaine des Frères maristes, où une trentaine de personnes étaient conviées. Cependant rien ne s’est déroulé comme prévu, puisqu’environ 300 à 400 jeunes gens, principalement âgés de 18 à 20 ans, ont débarqué dans l’institution religieuse en provenance de l’Ardèche, du Vaucluse et du Gard. La raison ? L’invitation avait été partagée par les organisatrices sur Snapchat. Logiquement dépassées par les événements, ces dernières ont été les témoins impuissantes des dégâts causés par certains invités alcoolisés. Plusieurs chaises ont été cassés, des murs ont été tagués et un guest a même été passé à tabac et volé par plusieurs autres. Appelés à la rescousse, les gendarmes sont arrivés à sur place à minuit. S’ils ont, dans un 1er temps, fait baisser le volume de la musique, ils ont finalement pris la décision de refouler des participants après avoir pris conscience de l’importance ce la foule réunie. Des militaires sont restés sur les lieux jusqu’à 3 heures du matin pour éviter toutes dégradation supplémentaires dans la petite ville d’environ 9 000 habitants. Les gendarmes enquêtent maintenant pour identifier les responsables des actes de vandalisme. Touchée par la tournure désastreuses et par les dégâts subis, la congrégation des Frères Maristes a décidé de porter plainte !

Déjà Vu

L’épisode de Saint-Paul-Trois-Châteaux n’est pas sans rappeler la folie qui s’était emparés de la foule rassemblée aux Invalides en juin. En effet, 2 000 personnes se sont retrouvés sur la célèbre esplanade pour célébrer la fin de l’année scolaire, le 28 juin. Un évènement également organisé sur les réseaux sociaux. Des échauffourées avait alors éclatés entre plusieurs fêtard et les forces de l’ordre. “Suite à des slogans hostiles et à des jets de projectiles, la police a dû faire usage de son armement collectif de défense”, indiquait la préfecture. 5 personnes avaient été interpellées et 9 policiers blessés.