Avant un documentaire choc qu’elle publiera le 14 septembre sur sa chaîne YouTube, Paris Hilton a dévoilé un teaser dans lequel elle évoque brièvement les sévices qu’elle a subi dans sa jeunesse.

Loin de l’image que les médias lui ont attribué il y a quelques années, Paris Hilton a décidé de s’ouvrir à ses fans à travers un documentaire, This is Paris, qu’elle dévoilera le 14 septembre prochain sur YouTube. L’occasion pour elle de raconter un parcours forcément très long, à commencer par un épisode particulièrement sombre dans sa jeunesse qu’elle n’avait jamais évoqué publiquement avant. Elle affirme ainsi avoir été victime de violences, physiques et psychologiques, alors qu’elle était scolarisé à la Provo Canyon School, un internat dans l’Utah dans lequel elle avait été envoyée par ses parents afin de sanctionner son comportement : “J’en fais encore des cauchemars. Et la seule chose qui m’a permis de rester saine a été de penser à qui je voulais être une fois que ce serait fini (…) Mes parents étaient tellement strictes que cela me poussait à me rebeller. Ils me sanctionnaient en prenant mon téléphone, en prenant ma carte de crédit, mais cela ne marchait pas. Je continuais de sortir”. 

Une année en enfer

Les larmes aux yeux, devant sa mère qui n’avait jamais entendu ses révélations, elle explique en détails l’année particulièrement compliquée qu’elle a passé : “Du moment où je me réveillais au moment où je me couchais, on me criait dessus toute la journée, on me hurlait au visage, de la torture continue. Le personnel disait des choses terribles. Ils me faisaient constamment me sentir mal, ils me maltraitaient. Je pense que leur objectif était de nous casser. Ils étaient violents physiquement aussi, ils nous tapaient, ils nous étranglaient. Ils voulaient que les enfants aient peur, qu’ils aient si peur qu’ils obéissent (…) Je faisais des crises de panique, je pleurais tous les jours. Je me sentais misérable. Je me sentais comme prisonnière et je détestais ma vie”. Un traitement que plusieurs anciens enfants passés par l’internat ont confirmé, alors que les propriétaires de celui-ci ont depuis changé. Paris Hilton a d’ailleurs affirmé ne pas vouloir porter plainte, mais souhaite que son message puisse toucher des jeunes n’osant pas parler de ce qu’ils subissent.