Après son arrestation violente qui a largement fait réagir sur les réseaux sociaux, Ademo a finalement été libéré ce dimanche. Il sera jugé en janvier pour 3 délits, dont celui de possession de stupéfiants.

Particulièrement discret en temps normal, à l’image de son frère, Ademo a finalement fait parler de lui involontairement ce week-end. Alors qu’il se trouvait dans le quartier d’Alesia à Paris, le rappeur de 33 ans a en effet été arrêté ce samedi, alors que la police souhaitait procéder à un contrôle, au motif qu’il aurait été aperçu en train de rouler un joint. Les choses vont alors prendre un tournant violent puisque de nombreuses vidéos montrant la moitié de PNL maintenue au sol et maitrisée par plusieurs agents. Il sera dans la foulée placé en garde à vue au commissariat du XIVème arrondissement, non sans déclencher de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, dont beaucoup dénonçaient la violence de l’interpellation. Du côté des forces de l’ordre, on affirme qu’il s’est montré rapidement “très agressif” et avait notamment invité les policiers à se battre en un contre un avec lui avant qu’il ne l’arrête.

À LIRE AUSSI: PNL : Ademo arrêté brutalement par la police et placé en GAV… [Vidéos]

Au tribunal en janvier

Après une nuit en garde à vue, Ademo a finalement été libéré ce dimanche après-midi. Néanmoins, cette interpellation le conduira devant la justice puisqu’il est poursuivi pour 3 chefs d’accusation, à savoir “possession de stupéfiants”, “outrage” et “rébellion”, et sera par conséquent convoqué en janvier devant le tribunal correctionnel de Paris. D’après Le Parisien, un policier présent lors de l’arrestation et qui a été blessé au genou gauche aurait également déposé plainte pour “menace de commettre un crime ou un délit contre une personne dépositaire de l’autorité publique”. Evidemment, ni lui, ni ses avocats n’ont souhaité prendre la parole et ainsi donner l’autre version de cette arrestation musclée.