Alors que des rappeurs se sont retrouvés dans la tourmente avec des accusations d’agression, de violence et même de viol, c’est au tour de l’humoriste Fary de se retrouver au milieu d’un polémique…

Après les accusations portées à l’encontre de Moha La Squale par des jeunes filles sur les réseaux sociaux, qui ont conduit à l’ouverture d’une enquête de police pour “violences, “agression sexuelle et “séquestrations”, c’est Roméo Elvis qui était visé par les reproches d’une autre personne l’accusant également d’“agression sexuelle, et obligeant le frère d’Angèle à faire des excuses publiques. Entre temps, le hashtag #blancetonrappeur, en résonance à celui de #balancetonporc, qui a surgi sur les réseaux… Mais en ce vendredi 11 septembre, c’est un autre hashtag qui est né : celui de #balancetonhumoriste. Il a été employé par une jeune femme sur Twitter qui a ressenti le besoin de raconter son expérience avec le comédien Fary, qui lui a envoyé, à son sens, une photo déplacée…

À LIRE AUSSI: Moha La Squale : une enquête ouverte après 3 dépôts de plainte pour violence

Fan de…

Cette jeune femme brune installée en Suisse, qui affiche le pseudo de ‘Swan’ sur son compte Twitter (@Overdoseblvck_), annonce sur sa page être une “féministe et militante”, et déclare son orientation sexuelle : “pansexual and proud”. Mais en ce vendredi, elle a choisi de raconter une histoire qui l’a perturbée et qui date d’il y a 2 ans, motivées par les dernières révélations au sujet de Moha La Squale et Roméo Elvis. Elle raconte ainsi qu’après être entrée en contact sur Instagram avec l’humoriste Fary, de passage pour un spectacle en Suisse et dont elle était une grande fan, elle aurait dialogué via Snatchat avec lui (et à sa demande). Si elle explique qu’ils ont dialogué, elle regrette néanmoins le moment où celui-ci lui aurait envoyée une photo son anatomie, une dick pic, puis un “boomerang” toujours de son sexe en avançant ces propos, qui forcément hors contexte paraissent particulièrement déplacés : “Tu voudrais l’avoir dans ta bouche ?”

Après avoir mis un terme à leur échange, le jeune femme raconte encore que Fary l’aurait supprimée de ses contacts Snapchat. Mais quelques mois plus tard, elle l’aurait de nouveau contacté pour lui parler de son nouveau spectacle. Ce dernier qui n’a d’abord pas semblé la reconnaître l’aurait alors menacée en lui demandant de supprimer les photos. Etonnée encore aujourd’hui de ces échanges avec l’artiste, elle précise qu’elle n’en est pas restée traumatisée et qu’elle ne recherche aucun buzz, mais qu’il lui semblait important de partager son aventure, et cette situation embarrassante qui n’aurait pas dû se produire.

Fary a réagi…

Après avoir pris connaissance du 1er message de ‘Swan’ en story Instagram ce 10 septembre, Fary a rapidement réagi en envoyant des messages privés à la jeune femme sur IG. Des messages tout aussi rapidement partagés par celle-ci. A son tour, Fary semble étonné de la réaction de cette dernière, et met en avant sa volonté de vouloir faire parler d’elle : “Je t’ai poussée ou forcée à faire quelque chose que tu ne voulais pas ? Alala cette génération hein. On est deux adultes, on a discuté, on s’est chauffés, point.”

 

De son côté, si elle précise qu’elle a préféré ne pas publier la photo et autres éléments visuels qui sont l’objet de cette controverse, elle a toutefois reposté un document qui précise ce qu’il en coûte d’envoyer des dick pics, ainsi que leurs 1ers échanges qui ont conduit à l’envoi des images déplacées :

 

 

Si la jeune femme se soulage en publiant ce qu’elle a vécu avec Fary, et dénonce son comportement, on peut imaginer qu’elle cherche à prévenir des dérives des réseaux et des agissements de certains. Mais si les réseaux permettent à des victimes de s’exprimer, de dénoncer et de raconter des mésaventures (plus ou moins graves) difficiles à partager ou à garder sous silence, pour autant les plateformes de partage doivent-elles devenir un espace où les dossiers sont jetés en pâture ?