Alors que la justice a ouvert une enquête contre Moha La Squale après le dépôt de plusieurs plaintes visant le rappeur parisien, 3 jeunes femmes ont décidé de sortir du silence pour évoquer ce qu’elles ont vécu.

L’étau se resserre autour de Moha La Squale. Il y a un peu plus d’une semaine, une jeune femme évoquait sur les réseaux sociaux les violences qu’elle avait subi en fréquentant le rappeur originaire du 20ème arrondissement de Paris, déclenchant dans la foulée une vague de témoignages allant dans son sens. Si la polémique a logiquement agité les réseaux sociaux, les choses ont dans la foulée pris un tournant judiciaire puisque 3 plaintes ont été déposées, provoquant l’ouverture d’une enquête menée par la police judiciaire de Paris. Finalement, on apprenait hier qu’une 4ème femme avait elle aussi décidée de déposer une plainte, alourdissant un peu plus la liste des accusations portées contre un Moha dont la sortie du nouvel album, prévu ce vendredi, va logiquement être repoussée…

À LIRE AUSSI: Moha La Squale : une enquête ouverte après 3 dépôts de plainte pour violence

Les plaignantes donnent leur version

C’est dans ce contexte que Konbini a réuni 3 jeunes femmes ayant subi les violences de Moha La Squale afin qu’elles puissent témoigner anonymement. A chaque fois, elles expliquent s’être rapprochées du rappeur puis s’être mis en couple avec lui avant de subir rapidement des pressions de la part de celui-ci, visiblement très jaloux, d’abord avec des insultes puis avec des coups de plus en plus réguliers. L’une d’entre elle évoque également des violences sexuelles lors de vacances, après une violente dispute lors de laquelle il s’en était pris à cette jeune femme, mais aussi à sa cousine et au compagnon de cette dernière. A chaque fois, les 3 victimes parlent également de crise de démence durant lesquelles Moha les séquestraient ou utilisait notamment un coussin pour les étouffer, jusqu’à les pousser quasiment à l’évanouissement. Des points communs qui ont poussé certaines de ses victimes à se rapprocher, jusqu’à décider de témoigner sur les réseaux sociaux puis de déposer plainte, au moment où cette affaire va exploser. Les choses sont désormais entre les mains de la justice, qui va pouvoir agir rapidement…