Quelques jours seulement après les interventions de la LICRA et de nombreux hommes politiques dont le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin, une enquête pour provocation à la haine raciale et injures à caractère raciste visant Freeze Corleone a été ouverte.

Après la polémique, la machine judiciaire n’aura pas mis bien longtemps avant de se mettre en route. Alors que le nouveau projet de Freeze Corleone La Menace Fantôme s’avère être une très belle réussite et a été largement salué par les amateurs de rap, la LICRA a décidé d’intervenir en milieu de semaine, dénonçant l’antisémitisme ou encore le complotisme supposé du rappeur. Dans la foulée, de nombreux politiques ont réagi, de l’ancien ministre de l’Intérieur Christophe Castaner à son remplaçant, Gérald Darmanin, qui a annoncé que ses services s’étaient saisis de l’affaire. Skyrock, par la voix de son directeur des programmes Laurent Bouneau, a également annoncé qu’il ne diffuserait plus le morceau Rap Catéchisme de Freeze et d’Alpha Wann, tandis que les clips de ce morceau mais aussi de Freeze Rael ont été tout simplement supprimés par YouTube.

À LIRE AUSSI: Freeze Corleone : le ministre de l’Intérieur veut le poursuivre en justice

Une enquête ouverte

Dans une situation délicate et alors que de nombreux médias évoquent depuis hier l’affaire, le manager de Freeze Corleone, Shone, a confirmé sur les réseaux sociaux qu’une enquête avait été ouverte contre le rappeur pour “provocation à la haine raciale” et “injures à caractère raciste”. Menées par la Brigade de la Répression de la Délinquance, les investigations devront permettre de déterminer si les propos du rappeur sont judiciairement condamnables. Autant dire que contrairement à d’autres, qui peuvent légitimement comparer voile et terrorisme ou affirmer que l’esclavage n’était pas si négatif, Freeze Corleone n’échappera sans doute pas à une condamnation de la justice française…