48 heures après avoir annoncé que TikTok et WeChat allaitent être bannis des app stores aux Etats-Unis, l’administration Trump a donné un sursis à l’appli détenue par Byte Dance…

La bataille entre l’administration Trump et l’appli de la société chinoise ByteDance, TikTok, ainsi que Wechat (du géant chinois Tencent), va de rebondissement en rebondissement. Au départ, la volonté du président américain de lutter (sans avoir présenté aucune preuve) contre des activités d’espionnage et de s’assurer que les centaines de millions de données collectées, auprès des plus de 100 millions utilisateurs américains de ces applications en vogue, n’allaient pas profiter au gouvernement, ni aux entreprises chinoises. Mais il y a aussi un aspect financier dans les inquiétudes des dirigeants américains, qui souhaitaient que les bénéfices liés aux activités des applis profitent à l’économie US. Pour cela, Trump avait prévenu, il fallait qu’une ou des sociétés américaines rachètent les activités du chinois ByteDance sur le sol nord-américain… avant le 20 septembre. Mais après les échecs des négociations avec quelques structures dont Microsoft, et alors qu’un deal était sur le point d’être conclu avec une autre compagnie américaine, Oracle, le gouvernement avait choisi de faire part de son impatience ce 18 septembre, en annonçant le bannissement de TikTok dès ce dimanche 20 septembre (mais dans les faits le 12 novembre), au nom de la sécurité national. Ce qui n’a pas été le cas…

tiktok-appli

À LIRE AUSSI: USA : TikTok et WeChat bannies aux USA à partir de dimanche !

Un sursis d’une semaine…

Alors que ce dimanche 20 septembre l’appli TikTok ne devait donc plus pouvoir être téléchargée sur les app stores aux States, Trump et ses équipes dirigeantes sont revenus sur leur parole. En effet, le locataire de la Maison Blanche a décidé de donner une semaine de plus à ByteDance pour sceller un accord avec des entreprises américaines, avant d’interdire l’appli. La date est ainsi remise au 27 septembre. Par la même occasion, Donald Trump a donné ce samedi 19 septembre son feu vert à un projet d’accord déjà bien avancé, impliquant Oracle et Walmart. Oracle en tant que partenaire technologique et Walmart en tant que partenaire commercial de la filiale de ByteDance sur le territoire américain. Selon l’agence Bloomberg, cet accord prévoit que les 2 entreprises américaines puissent également acheter jusqu’à 20% de parts dans TikTok (12,5% pour Oracle et 7,5% pour Walmart), pour un montant total de 12 milliards de dollars, avant une entrée en bourse à Wall-Street d’ici 2021. “Je pense que ce sera un accord fantastique… J’ai donné mon approbation à l’accord. S’ils le concrétisent tant mieux, si ce n’est pas le cas ça ira aussi”, a même déclaré le président. “Nous sommes heureux que la proposition de TikTok, Oracle et Walmart résolve les problèmes de sécurité soulevés par l’administration américaine et règle les questions concernant l’avenir de TikTok aux Etats-Unis”, ont réagi les représentants de TikTok, dans un communiqué diffusé sur Twitter.

Selon TikTok, Oracle sera en charge de l’hébergement de toutes les données des utilisateurs américains et de la sécurité des systèmes informatiques associés, tandis que Walmart fournira ses services de ventes en ligne, de gestion des commandes et de paiements. Un façon d’assurer “100% de sécurité selon le gouvernement du président Trump. L’accord devrait par ailleurs permettre l’embauche de 25 000 personnes aux Etats-Unis et le maintien du siège de la société dans le pays. Les 2 sociétés partenaires feront aussi “une donation d’environ 5 milliards de dollars” pour “l’éducation des jeunes Américains”, a déclaré Donald Trump qui avait insisté pour que le gouvernement soit rémunéré pour avoir autorisé l’accord. Et si à la veille des présidentielles, le président semble en passe d’arriver à ses fins dans ce dossier, il faut savoir que l’application risque bien de devenir américaine. Alors que ByteDance doit donc garder le reste du capital, 40% de celui-ci est en réalité déjà détenu par des investisseurs américains. Avec les 20% récupérés par Oracle et Walmart, l’appli deviendrait donc américaine.