Une 5ème plainte a été déposée ces dernières heures contre Moha La Squale, accusé de nombreux faits particulièrement graves visant des jeunes femmes qu’il fréquentait.

Les jours passent et les plaignantes s’additionnent dans le dossier Moha La Squale. Tandis que depuis le début de l’affaire, 4 femmes ont choisi de déposer plainte contre le rappeur, Le Parisien explique ce matin qu’une 5ème victime a décidé de se manifester ces dernières heures afin de témoigner des sévices infligés par le rappeur, qu’elle accuse de séquestration. Son avocat, Maitre Thibault Stumm -qui assure la défense de 3 des 4 plaignantes-, a d’ailleurs rapidement confirmé que les faits s’étaient produits cette année et que sa cliente, âgée d’une vingtaine d’années, avait fréquenté occasionnellement Moha La Squale. Il a également affirmé avoir été contacté par une ancienne victime, qui avait déjà déposé plainte contre Moha en 2011 mais s’était finalement rétracté après avoir subi des pressions du rappeur et de ses proches.

À LIRE AUSSI: Moha La Squale : une enquête ouverte après 3 dépôts de plainte pour violence

Un dossier d’une très grosse ampleur

Face à la polémique, déclenchée sur les réseaux sociaux par un simple message sur Instagram pointant du doigt la violence de Moha La Squale, le parquet de Paris a décidé d’ouvrir il y a quelques jours une enquête, confiée à la police judiciaire, pour violences volontaires, agressions sexuelles et menaces de mort. Dans le même temps, Konbini a dévoilé la semaine dernière une vidéo dans laquelle plusieurs victimes prennent la parole pour expliquer le calvaire qu’elles ont vécu. Et si la justice va donc désormais tâcher d’y voir rapidement plus clair avant un futur procès, le rappeur a d’ores et déjà été lâché par Lacoste, une marque avec laquelle il travaillait depuis 2018, comme un Roméo Elvis qui a admis s’être rendu coupable d’une agression sexuelle sur une fan.

À LIRE AUSSI: Lacoste met fin à sa collaboration avec Roméo Elvis et Moha La Squale