Mercredi 23 septembre, Kanye West a annoncé sur Twitter qu’il allait restituer 50% de leurs masters aux artistes de son label G.O.O.D. Music…

Depuis la mi-septembre, le rappeur et producteur est entré en guerre avec l’industrie musicale, plus précisément avec Universal Music Group où il est signé en tant qu’artiste, et l’était avant de créer son propre label, G.O.O.D. Music. Selon lui, l’industrie musicale comme la NBA sont tous les 2 des symboles de “l’esclavage moderne”. Les maisons de disques se feraient de l’argent sur le dos des artistes et cacheraient de nombreuses charges incompréhensibles dans leurs contrats (taxes, frais…) pour en générer encore plus. Après son coup de gueule contre le système et Universal, à qui il réclame la totalité de ses masters (ses enregistrements originaux, propriété de la maison de disques, selon les contrats signés), Ye a annoncé sur Twitter : “Je redonne, à tous les artistes du label G.O.O.D Music, 50% des parts sur leurs masters”. Il faut comprendre ici que Kanye va agir avec les artistes de son label comme il souhaiterait qu’Universal agisse avec lui. Cette annonce n’a pas laissé les rappeurs du label indifférents. Big Sean, signé chez G.O.O.D. Music a remercié le créateur des Yeezy via un tweet : “Merci !!! Ça va vraiment nous aidé”.

À LIRE AUSSI: Quand Kanye West urine sur son Grammy Award [Vidéo]

Dans son propre cas, Kanye West rappelait – dans sa tirade contre Universal sur Twitter – qu’il était prisonnier de son contrat, dont l’un des articles stipule qu’il devait louer ses morceaux à sa propre maison de disques : “L’artiste détient les droits d’auteur sur ses enregistrements et ses sons et peut les louer au label/éditeur pour une durée limitée…” Le mari de Kim Kardashian avaient dans la foulé twitté plus de 100 pages de son contrat…

Kanye West soutenu par Hit-Boy

Chauncey Alexander Hollis a.k.a Hit-Boy, le producteur du classique Nig*** in Paris, qui avait signé pendant 2 ans avec G.O.O.D. Music en 2011, s’est rangé du côté de Kanye dans son combat, et dénonce, lui aussi, via un post Instagram les “contrats d’esclave”. Il racontait sa propre expérience en description de son post : “Je n’ai pas été fan de Kanye au niveau personnel/humain depuis qu’il m’a dit en face à face qu’il avait arrêté de choisir mes beats parce que j’avais travaillé avec Beyoncé. C’était après avoir produit Nig*** in Paris, Clique, et une myriade d’autres chansons/projets pour lui et son label G.O.O.D. Music au cours des 2 années où j’étais signé chez eux. Je peux être d’accord avec ce tweet. @umpg me retient depuis que j’ai 19 ans avec un contrat que les 3 derniers avocats que j’ai embauchés définissent comme le “pire contrat d’édition qu’ils aient jamais vu”. J’ai 33 ans maintenant et j’ai plusieurs Grammys, j’ai produit beaucoup des plus grandes chansons de vos artistes préférés issus de plus de 450 disques depuis que j’ai signé pour la 1ère fois et @umpg ne veut toujours pas simplement être juste. S’ils me font ça avec tout ce que j’ai accompli grâce à un travail acharné, je ne peux imaginer ce qu’ils font aux jeunes qui n’ont pas de gros moyens/de bons conseils. Si je dois être le seul à être mis à l’écart pour avoir dit la vérité et avoir essayé de libérer la prochaine génération, qu’il en soit ainsi. Au fait, j’ai produit plus de 10 sons sur l’album qui est ACTUELLEMENT numéro 1 dans le pay. @umpg @polowdadon @jodyagerson @iamwalterjones et la société qui m’aide pour la gestion, @rocnation, réglons ce problème. Les contrats d’esclave sont toujours très réels/répandus en 2020. @universalmusicgroup”.

View this post on Instagram

I haven’t been a fan of Kanye on a personal/ human level since he told me face to face he stopped picking my beats because I worked with Beyoncé. this is after I produced niggas in paris , clique, and a myriad of other songs / projects for him and his label GOOD Music in the 2 years I was signed with them. This tweet is something I can agree with though. @umpg has held me in what the last 3 lawyers Ive hired have referred to as the “worst publishing contact they’ve ever seen” since I was 19 years old. Im 33 now and have multiple Grammys, produced a lot of your favorite artists biggest songs on top of turning in over 450+ records since I first signed and @umpg still doesnt have it in them to simply be fair. If they’re doing this to me with all I’ve accomplished through hard work I can only imagine the kids who don’t have big placements/ proper guidance. If I have to be the one to get blackballed for telling the truth and trying to set the next generation free then so be it. Btw I produced 10+ joints on the CURRENT number one album in the country D2. @umpg @polowdadon @jodyagerson @iamwalterjones and the company who’s helping me on the management side @rocnation let’s fix this. Slave deals are still very real /rampant in 2020. @universalmusicgroup

A post shared by HIT-BOY AKA Tony Fontana (@hitboy) on

À LIRE AUSSI: Kanye West dit être le nouveau patron d’Adidas !

 

Les menaces de Kanye

Au milieu de son avalanche de tweets de ces dernières semaines, et après avoir laissé entendre qu’il était le nouveau patron d’Adidas, Kanye a déclaré que s’il n’entrait pas au conseil d’administration de la marque à 3 bandes, il ne portera désormais uniquement que des Jordan. Petite note d’humour, qui lui a inspiré un autre tweet, dans le même esprit. Il prévient : “Je ne sortirai rien avec Gap tant que je n’entrerai pas au conseil d’administration.” Il fait ici allusion au deal qu’il a passé en juin 2020 avec la marque et chaîne de magasins de vêtements GAP pour un partenariat dans le but de développer une collection Yeezy x GAP. Dans un épisode précédent, il avait déjà communiqué sur le fait qu’il ne sortirait plus de projet musical tant qu’il ne serait pas libéré de ses obligations envers Universal.