Amenée à se prononcer après les accusations de racisme formulées par Neymar à l’encontre du défenseur de l’OM Alvaro Gonzalez, la commission de discipline de la Ligue de Football Professionnelle a décidé de ne pas prononcer de sanction en l’absence de preuves fiables.

Suspectés respectivement d’insultes à caractère homophobe et racisme, Neymar et Alvaro Gonzalez ne seront pas sanctionnés. Près de 3 semaines après la rencontre entre le PSG et l’OM qui avait vu les Phocéens s’imposer 1 à 0 sur la pelouse du Parc des Princes, l’instance en charge de statuer sur les sanctions disciplinaires entendaient les 2 clubs ce mercredi soir. A l’issue de cette discussion, la commission de discipline de la LFP a décidé de ne pas sanctionner les 2 joueurs, estimant ne pas avoir assez de preuves tangibles et crédibles en sa possession : “Après instruction du dossier, audition des joueurs et des représentants des clubs, la Commission constate qu’elle ne dispose pas d’éléments suffisamment probants lui permettant d’établir la matérialité des faits de propos à caractère discriminatoires”. Une décision surprenante étant donné les sanctions que les 2 intéressés encouraient, mais qui pourrait s’expliquer par le désir d’apaiser les tensions que les 2 clubs ont exprimé ces derniers jours.

À LIRE AUSSI: PSG-OM : Neymar accuse Alvaro Gonzalez d’insultes racistes

Neymar lui aussi accusé de racisme ?

Quelques heures avant, la presse espagnole a publié une vidéo qui, comme l’évoquaient plusieurs journalistes ces derniers jours, prouverait la véracité des accusations d’insultes racistes prononcées par Neymar à l’encontre du japonais Hiroki Sakai. Des images que l’OM auraient en sa possession depuis la semaine dernière et pourraient bien provoquer un nouveau passage de Neymar devant la commission de discipline, cette fois dans la peau d’un accusé. Si la 1ère affaire est donc désormais réglée, la seconde pourrait bien provoquer une sanction grave à l’encontre de la star du PSG.

À LIRE AUSSI: Neymar : de nouvelles images confirment ses insultes racistes contre Sakai