Rihanna a présenté ses excuses sur Instagram suite à l’affaire qui avait choqué la communauté musulmane ces derniers jours…

L’édition 2020 du défilé Fenty x Savage, diffusée sur Amazon Prime Vidéo, a connu un accueil plus que contrasté. En cause : l’utilisation d’une chanson comprenant un extrait remixé d’un Hadith (recueil des actes et paroles de Mahomet et de ses compagnons) pour habiller musicalement une séquence du show. Le morceau electro utilisé, baptisé Doom, était l’œuvre de la productrice et Dj française Coucou Chloe, expatriée à Londres. Suite à cet acte jugé par beaucoup comme blasphématoire, la communauté musulmane, entre autres, s’est montrée choquée. Sur Twitter, la diffusion de la musique durant le défilé a engendré de nombreux retours négatifs à l’encontre de Rihanna, que certains ont considéré comme irrespectueuse. Face à cette déferlante médiatique, Riri a décidé de prendre la parole en story Instagram : “Je voudrais remercier la communauté musulmane d’avoir signalé un énorme oubli qui était involontairement offensant dans notre show Savage X Fenty. Je voudrais surtout vous présenter mes excuses pour cette erreur honnête, mais négligente”, écrit-elle, avant de continuer ses explications : “Nous comprenons que nous avons blessé beaucoup de nos frères et sœurs musulmans, et je suis vraiment attristée par cela ! Je ne joue avec aucune sorte de manque de respect envers Dieu ou aucune religion et donc l’utilisation de la chanson dans notre projet était complètement irresponsable ! A l’avenir, nous veillerons à ce que rien de tel ne se reproduise. Merci pour votre pardon et votre compréhension.

Rihanna excuses

À LIRE AUSSI: Rihanna accusée de blasphème sur Twitter après le show Fenty x Savage [Vidéo]

La productrice du morceau s’excuse aussi

Rihanna n’est pas la seule à reconnaître son erreur. Sur Twitter, la productrice du morceau polémique s’est elle aussi excusée auprès de la communauté musulmane. Dans un 1er tweet, elle déclarait tout d’abord : “Je tiens à m’excuser profondément pour l’offense causée par les échantillons vocaux utilisés dans ma chanson DOOM. La chanson a été créée à partir d’échantillons de morceaux de Baile Funk que j’ai trouvés en ligne. A l’époque, je n’étais pas au courant que ces échantillons utilisaient le texte d’un Hadith islamique”. Des explications qu’elle a poursuivies dans un 2ème tweet. “J’assume l’entière responsabilité du fait que je n’ai pas correctement fait de recherches sur le sens de ces mots et je tiens à remercier ceux d’entre vous qui ont pris le temps de m’expliquer cela. Nous sommes en train de retirer la chanson de toute urgence de toutes les plateformes de streaming.” Le morceau a déjà été retiré de YouTube. Les principales concernées ont donc rapidement répondu à la polémique. Suffisant pour se faire pardonner auprès des internautes, et des musulmans blessés par cet mise en scène maladroite, a priori involontaire ?

Les chroniqueurs de TPMP révoltés

24 heures auparavant, la chroniqueuse d’origine tunisienne de TPMP, révélé sur la chaîne tunisienne Attessia TV, Meriem Debbagh avait fait parler d’elle en déclarant, à propos de Rihanna, avoir “envie de la tuer” suite à l’utilisation de cette chanson. Elle rajoutait : “Déjà son défilé c’est de la merde, il est catastrophique, la lingerie elle est nulle à chier. En plus, elle sortait avec un prince saoudien avant, donc elle sait ce que c’est ce qu’elle a mis”. Visiblement très remontés sur le plateau, d’autres chroniqueurs étaient sur la même longueur d’onde, à l’instar de Gilles Verdez qui a estimé que cet acte constituait “une insulte aux musulmans”. Suite aux propos de Meriem Debbagh, qui avait déjà travaillé sur la version tunisienne de TPMP, Cyril Hanouna a vivement réagi sur le plateau : On ne peut pas dire ça ! […] On ne peut pas dire qu’on a envie de la tuer. On parlait de liberté d’expression ces derniers jours et justement c’est une liberté d’expression de choisir la musique qu’on veut pour son défilé ! Vous ne pouvez pas dire ça ! Vous ne pouvez pas dire que vous avez envie de la tuer ! Justement, ça c’est ce qu’on veut pas ! Après, on peut ne pas aimer et ne pas être d’accord !