Un ancien membre du gouvernement chinois était responsable de la modération sur TikTok, confirmant les craintes de Donald Trump…

Au mois de septembre 2020, Donald Trump avait menacé d’interdire TikTok sur le sol américain si un accord n’était pas trouvé entre ByteDance, la firme chinoise en charge de l’application et une société américaine. Plusieurs enjeux étaient au cœur de cette obligation décrétée par le président, parmi lesquels la fuite des datas vers la Chine, la peur de l’espionnage civil ou encore les intérêts financiers à défendre. Il semblerait que les nouvelles informations révélées par le Financial Time soient venues confirmer les inquiétudes de l’administration Trump et  lui donner raison. Le quotidien économique et financier britannique a dévoilé l’étroite collaboration entre TikTok et l’Etat chinois, notamment à travers un homme. Cai Zheng, ancien responsable du gouvernement, et haut diplomate en poste à une époque à l’ambassade chinoise à Téhéran (Iran), occupait un rôle prépondérant au sein de l’entreprise ByteDance à Pékin. Parmi l’équipe dirigeante de l’entreprise, ce dernier gérait en effet la rédaction des directives à propos de la modération du contenu sur TikTok. Concrètement, il était en charge des équipes que décidaient quelles vidéos étaient acceptables ou non.

À LIRE AUSSI: TikTok : Trump donne une semaine de sursis à l’application chinoise…

Censure du contenu

Si les membres de ByteDance assurent que Cai Zheng n’était pas un fanatique du Parti communiste chinois, il est possible que son passé ait influencé la stratégie de l’entreprise. En outre, le Guardian avait révélé en septembre 2020 des documents compromettants. Ces derniers montraient que TikTok censurait les vidéos liées au massacre de la place Tiananmen, au mouvement Falun Gong mais aussi celles portant sur l’indépendance tibétaine. Aujourd’hui, l’étude de la politique de contenus et de la modération n’est plus entre les mains des Chinois, mais a été déléguée à Los Angeles ainsi qu’à la Silicon Valley, Dublin et Singapour.

tiktok

Un partenariat avec Oracle

Devant les exigences du gouvernement américain, en septembre, ByteDance avait conclu d’un accord avec l’entreprise Oracle. Néanmoins, la firme chinoise n’avait pas vendu ses activités pour autant. Elle permettait à la société américaine d’exploiter les données des 100 millions d’utilisateurs aux Etats-Unis, afin de les monétiser. Un deal conclu sous la forme d’un partenariat et qui semblait être le compromis parfait pour toutes les parties. Permettre à TikTok de continuer à croître aux Etats-Unis, et dans un même temps permettre aux Américains d’être maîtres de leurs données.