Accusé de racisme par Neymar lors du dernier PSG-OM, Alvaro Gonzalez s’est exprimé dans la presse espagnole et s’en est largement pris au Brésilien.

Non-sanctionné par la commission de discipline de la LFP la semaine dernière comme son homologue brésilien, Alvaro Gonzalez a décidé de sortir de son silence. Interrogé par la presse espagnole (écrite et radio), le défenseur de 30 ans a ainsi témoigné de la très mauvaise période qu’il avait connu suite aux accusations de Neymar à l’issue de la rencontre : (J’ai eu) plus de deux millions de messages sur mon téléphone, je n’avais jamais vu un tel chiffre, avec toutes sortes de menaces, des messages dans d’autres langues… Je ne comprenais rien. Ils m’ont envoyé des photos des voitures que nous utilisions, ils disaient qu’ils allaient venir chez moi pour me tuer, ou encore qu’un jour des messages seraient envoyés pour me dire qu’ils allaient se rendre au magasin de mes parents pour les tuer. J’ai eu peur parce que cela ne m’est jamais arrivé”.

À LIRE AUSSI: Aucune sanction dans l’affaire Neymar/Alvaro Gonzalez !

Une personne comme ça ne mérite ni mon regard ni mon respect

Marqué par cette épisode et clamant une fois de plus son innocence, Alvaro a également évoqué ses sentiments à l’égard de Neymar, tout en affirmant avoir été meilleur que ce dernier sur la rencontre : “J’étais supérieur à Neymar dans ce match, je l’ai fait sortir de ses gonds et il a été impuissant ce jour-là. Il faut savoir digérer les défaites, il faut savoir perdre et savoir quand les choses ne sont pas bien faites (…) Les dégâts que Neymar a pu me faire sont énormes. Nous avons passé un mauvais moment, pas seulement moi, ma famille et mon environnement. Je n’ai pas quitté la maison depuis. Il n’y avait personne dans le stade et tout a été entendu. Les arbitres sont venus à ma défense. Si je lui avais dit quelque chose, cela serait apparu devant toutes les caméras. Une personne comme ça ne mérite ni mon regard ni mon respect. L’ambiance promet donc d’être particulièrement chaude entre les 2 hommes lors du match retour, programmé début février au Vélodrome.

À LIRE AUSSI: PSG-OM : Hiroki Sakai affirme finalement ne pas avoir été insulté par Neymar