Face à la crise du Covid, le nouveau diffuseur de la Ligue 1, Mediapro, a demandé à la Ligue de Football Professionnel une négociation quant au prix initialement fixé, à savoir plus d’un milliard d’euros par an. Une demande rejetée par la LFP, alors qu’un versement du géant espagnol de l’audiovisuel de 172 millions d’euros doit être versé dans les prochains jours.

Se dirige-t-on vers une crise économique sans précédent dans le football français ? Déjà largement affecté par la crise sanitaire mondiale en raison de la fin prématurée du dernier championnat ou de l’absence presque totale de supporters dans les stades, les championnats français pourraient bien être confrontés à des problèmes d’une toute autre ampleur dans les prochaines semaines. Mediapro, nouveau diffuseur du football hexagonal qui a choisi d’investir plus d’un milliard d’euros par an il y a quelques mois, a en effet réclamé par la voix de son directeur général une négociation afin de diminuer le prix qu’il aura à payer cette année, ainsi qu’un délai pour la paiement d’une échéance de 172 millions d’euros censé être versé le 5 octobre. Une demande motivée entre autres par la suspension de nombreux partenariats publicitaires et la fermeture de bars et de restaurants, entraînant par conséquent une chute des abonnements à la chaîne Téléfoot : Nous voulons rediscuter le contrat de cette saison. Elle est très affectée par le Covid-19, tout le monde le sait car tout le monde souffre. On ne remet pas en cause le projet en tant que tel. Mais les bars et les restaurants sont fermés, la publicité s’est effondrée… Ce sont des choses que tout le monde connaît”.

À LIRE AUSSI: Téléfoot va s’associer avec Netflix pour un abonnement à moins de 30 euros par mois

La LFP répond

Face à la demande de Mediapro dans le journal L’Equipe de ce 8 octobre, la LFP a choisi de publier il y a quelques heures un communiqué afin de notifier son refus catégorique d’une nouvelle négociation, tout en expliquant attendre le 17 octobre prochain le versement du diffuseur qui doit ensuite être redistribué au club. Autant dire qu’entre cette négociation visiblement impossible et l’échec relatif du plan de fonctionnement de la chaîne, qui visait 3,5 millions d’abonnés et n’aurait aujourd’hui pas dépassé la barre du million, le football français craint aujourd’hui de voir définitivement s’effondrer son système économique. Les prochains jours risquent en tout cas d’être déterminants puisque les droits TV représentent en moyenne plus de 40% du budget des clubs français. Si Mediapro décide de se retirer, beaucoup de clubs pourraient alors se retrouver tout simplement en faillite…