Dayvon Bentley, un rappeur de Bâton Rouge en Louisiane vient d’être arrêté pour homicide volontaire sur son ex-copine…

Capitale de la Louisiane et située au bord du Mississippi, Bâton Rouge est une ville qui regorge de talents. Si les pionniers de la scène musicale de cette région de la Nouvelle-Orléans sont Young Bleed, C-Loc ou encore Max Minelli, la nouvelle génération compte elle aussi quelques rappeurs dont le nom résonne dans toute l’Amérique, autant pour leur actualité musicale que pour leurs dérapages, comme YoungBoy NBA, Kevin Gates ou Boosie Badazz. D’ailleurs, ce jeudi 15 octobre, ce n’est pas pour son vivier d’artistes que cette ville de près de 222 000 habitants a fait parler d’elle, mais pour une histoire bien plus sombre, qui a fait la une des rubriques de faits divers. Dayvon Bentley, aussi appelé Juice Bentley a été appréhendé par les forces de l’ordre pour avoir assassiné son ex-petite amie. C’est à Denver, dans le Colorado, que le rappeur de 24 ans a été arrêté, après plus d’un mois de cavale. Le jeune artiste sera extradé vers la Louisiane et devra faire face à plusieurs chefs d’accusation : accusations de meurtre au 1er degré, de tentative de meurtre au 1er degré, utilisation illégale d’une arme et pour finir crime en possession d’une arme à feu.

Juice Bentley

À LIRE AUSSI: YoungBoy NBA libéré sous caution… pour zéro dollar ! [Vidéo]

Tout est parti d’une dispute

Selon les 1ers éléments de l’enquête, les autorités pencheraient plutôt sur la théorie d’une dispute ayant dégénéré. Bentley aurait fui les lieux après avoir laissé pour morte sa petite amie de 40 ans, Brenda Mullens, surnommée Boss Bee. Si cette dernière a été transportée à l’hôpital peu de temps après les faits, elle a finalement fini par succomber à ses blessures plus tard dans la soirée. Au moment du crime, le rappeur était déjà recherché pour plusieurs infractions à la loi : invasion de domicile, utilisation illégale d’une arme, et dommage criminel à la propriété. Aucune information supplémentaire n’a été dévoilée sur la date du procès. Si les chefs d’accusation venaient à être confirmés, Bentley risquerait de ne plus goûter aux joies de la liberté avant de nombreuses années.

brenda mullens
Brenda Mullens