Lous and The Yakuza est revenue sur sa vie dans la rue ainsi que sur l’importance qu’a eu Damso pour la sortir de cette situation…

Artiste polyvalente et plein de ressources, Lous and The Yakuza a suscité l’intérêt des médias et rencontré un certain succès auprès du public à l’occasion de la sortie de son single Dilemme en septembre 2019. Le 16 octobre 2020, elle sortait son 1er album, intitulé Gore. Une 1ère carte de visite pour la native de Lubumbashi, au Congo, installée en Belgique. Très introspectif, ce projet de 10 titres oscille entre allégresse et drame, à l’image du vécu de la rappeuse Belgo-Congolaise. Et si la roue tourne désormais, les choses n’ont pas toujours été aussi roses pour Lous and The Yakuza, qui s’est retrouvée à la rue en 2015. Par passion pour la musique, cette dernière a tout plaqué (famille, étude…) avant de finalement finir sans domicile fixe. Un souvenir indélébile et traumatisant dont elle parle, en pleurs, au micro de Brut. “Vivre à la rue c’est l’enfer […] Le fait d’être une femme noire n’a absolument pas aidé parce que t’es encore plus dégradée. Déjà qu’on l’est dans une vie dite ‘normale’, quand on est à la rue c’est abominable, les remarques qu’on reçoit”, explique-t-elle avant de continuer. “On m’a déjà craché dessus alors que je dormais et ça c’est atroce. Et donc voilà, cet album porte bien son nom”. Elle explique alors que la lumière est notamment venue de… Damso, à qui elle doit aujourd’hui une fière chandelle.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Brut (@brutofficiel) le

À LIRE AUSSI: Hamza avec Lous And The Yakuza sur l’envoûtant Laisse-moi [Son]

Damso lui a sauvé la vie

Dans la suite de l’interview, elle revient sur sa passion dévorante pour la musique, qui l’a malgré elle poussée à toucher le fond. “La musique a été la raison de beaucoup de ces maux. J’étais incapable de faire autre chose. Je me faisais virer constamment, j’ai travaillé, j’ai eu des jobs par-ci par-là…” Néanmoins, Lous and The Yakuza a réussi à sortir de cette spirale infernale, et ce grâce à 2 amis. L’un d’entre eux n’est autre que Damso. “Damso ne saura jamais à quel point il m’a sauvé la vie avec un discours qu’il m’a fait sur un banc, à minuit. Et il m’a donné l’une des plus belles leçons que j’ai reçues de ma vie qui était : “il faut demander de l’aide où on va t’en donner” et de pas laisser ma fierté et mon égo avoir raison de moi, parce que c’est ce qu’il se passait…” Une belle relation entre les 2 artistes qui a d’ailleurs donné vie au morceau Cœur en miettes, extrait de QALF de Damso.

Damso feat. Lous and The Yakuza – Cœur en miettes :