Hatik a poussé un coup de gueule sur les réseaux sociaux. En ligne de mire, les artistes de l’industrie musicale face au confinement…

Si divers secteurs ont pu reprendre leur activité durant l’entre-deux du confinement, l’industrie musicale est pour sa part confrontée à des mesures sanitaires drastiques l’empêchant de recommencer les concerts et autres festivals, mais aussi de vendre des CD’s, puisque les rayons et magasins ne proposant pas des produits de 1ère nécessité ont baissé le rideau. Une situation difficile dont souffrent l’entière majorité des artistes en France. Certains trouvent alors des subterfuges pour contourner les mesures mises en place, à l’instar de Gims et son concert en ligne organisé le dimanche 20 décembre, alors qu’il a préféré reporter la sortie de son album Le Fléau. Un cas malgré tout exceptionnel. Pour les autres, il faut alors prendre son mal en patience. A ce propos, Amel Bent, 35 ans, a posté un message en story ce 4 novembre. Si elle explique en effet que les conditions sont compliquées pour les artistes, elle estime dans un même temps ne pas être en droit de se plaindre, surtout face à la situation bien plus dramatique que doivent affronter une partie de la population.Si je n’exprime pas mon désarroi et ma colère concernant la situation actuelle des artistes, ce n’est pas par absence de conviction bien au contraire. En effet, moi aussi j’aimerais hurler contre celles et ceux qui font aujourd’hui de notre travail un non-sujet…” écrit-elle avant de poursuivre. “Mais l’injustice frappe tellement les vies ces temps-ci que je n’arrive même plus à me plaindre pour ma propre vie ou celle de qui que ce soit d’ailleurs. Je vois du pire que moi, ou pire que l’autre à chaque clic.” Une déclaration à laquelle a réagi Hatik

À LIRE AUSSI: Hatik confirme que son 1er album est terminé !

Coup de gueule contre “ces milliardaires qui chialent”

Le rappeur de 27 ans a reposté le message de l’interprète de Ma Philosophie en story IG, acquiesçant le propos de cette dernière. “Enfin quelqu’un de sensé. Je n’en peux plus de ces millionnaires qui chialent parce que leur disque ne se vend pas. Alors que des gens perdent leur taff, leur logement, leur santé, leur vie” a-t-il écrit ce 4 novembre, avant d’ajouter dans une story suivante : T’es privilégié, comporte-toi comme tel. Reste digne. Amel Bent et Hatik ont très récemment collaboré sur le morceau 1,2,3, extrait du prochain album de la chanteuse, dont la date de sortie n’a pas encore été dévoilée. De son côté, Hatik a annoncé ce 3 novembre que son nouvel album était bouclé. Il devrait donner de plus amples détails sur ce celui-ci dans les semaines à venir…

Hatik album

Un message mal reçu par ailleurs

Alors que certains ont certainement compris le message plein d’empathie véhiculé par Amel Bent, et partagé par Hatik, d’autres y ont vu de la démagogie, et un manque de recul notamment vis à vis d’autres secteurs et acteurs du bizness de la musique qui ne sont pas forcément des privilégiés. Ainsi la société de production et de management Indifference Prod (fondé par Saïd Boussif) en charge notamment d’artistes comme Gims, Vitaa, Slimane, Dadju, Amel Bent…, s’est fendue d’un message en story IG, surtout adressé à Hatik (et pas à Amel Bent) puisqu’il est seul mentionné. Ses dirigeants soulignent : Ton privilège y’a des gens qui sont là pour le payer, au moins respecte les et fait ton boucan d’hypocrite e silence…” Pendant que des artistes profitent de leur privilèges, le message souligne le fait que d’autres s’activent dans l’ombre pour permettre aux artistes d’atteindre leur but : parfois même pour répondre à des caprices précises l’auteur du post qui avait visiblement un message à faire passer…

hatik indifference prod