Quelques mois après avoir été au coeur d’une polémique lancée par la LICRA pour des supposées paroles antisémites dans ses morceaux, Freeze Corleone s’est moqué de l’association sur Twitter après qu’elle ait défendu la jeune Mila, largement menacée après avoir tenu une nouvelle fois des propos anti-Islam sur les réseaux sociaux.

En septembre dernier, alors qu’il venait à peine de dévoiler son très attendu nouveau projet La Menace Fantôme, Freeze Corleone se retrouvait au coeur d’une grosse polémique alimentée par les médias généralistes et plusieurs personnalités politique. Accusé par la LICRA d’avoir tenu à plusieurs reprises des propos antisémites dans ses morceaux, le rappeur natif des Lilas (93) avait ensuite vu le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin se saisir de l’affaire, et ce avant que ne soit annoncé l’ouverture d’une enquête. Et pendant que la Ministre de la Culture Roselyne Bachelot citait son nom à l’Assemblée Nationale, Skyrock -qui diffusait l’un de ses morceaux- mais aussi Universal, qui s’occupait de la distribution de sa musique, annonçaient la fin de leur collaboration avec lui. Si cette polémique, finalement retombée -en attendant de possibles poursuites judiciaires-, n’a clairement pas eu d’impact sur les résultats commerciaux de LMF, qui sera bientôt certifié platine, Freeze Corleone n’a pas hésité à mettre en  avant ce qu’il considère être un double-discours de la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme.

À LIRE AUSSI: Quand Freeze Corleone fait réagir l’Assemblée Nationale… [Vidéo]

La LICRA pointée du doigt

Alors que la jeune Mila, qui avait tenu en janvier 2020 des propos insultants visant l’Islam, a une nouvelle fois fait parler d’elle avec des paroles contre la religion musulmane, provoquant une nouvelle vague de harcèlements et de menaces contre elle, la LICRA est montée au créneau pour la défendre, invoquant la liberté d’expression. Une défense qui ne passe visiblement pas vraiment pour Freeze Corleone, qui a évidemment repris le message de l’association sur Twitter tout en rajoutant un message clair, “Et la mienne ?”, ainsi que plusieurs émojis interrogateurs. Une réponse déjà reprise près de 38 000 fois, preuve du soutien dont il bénéficie mais aussi des interrogations quant à un discours changeant de certaines structures ayant une certain influence au niveau politique…