Nicole Young, l’ex-femme de Dr. Dre l’accuse de ne pas avoir respecté le protocole sanitaire affilié au Coronavirus…

Marié durant 24 ans, le couple Dr. Dre et Nicole Young est littéralement en train de voler en éclat à la face du monde, et ce depuis le début de la procédure de divorce entamée en juin 2020. Et, puisque tous les coups sont permis, après plusieurs tentatives pour faire céder son mari, l’ex-femme du producteur n’hésite pas à l’attaquer sur un tout nouveau terrain : le protocole sanitaire. D’après elle, ce dernier utiliserait la pandémie de Covid-19 à son avantage. TMZ explique que Nicole Young ferait tout pour que Dre vienne procéder à sa déposition en personne, mais que l’interprète dI Need A Doctor insisterait pour le faire en visioconférence afin de ne prendre aucun risque. Comble de l’ironie selon elle, puisque l’ancienne avocate de 50 ans affirme que Dr. Dre a invité de nombreuses personnes chez lui ces dernières semaines “sans mettre en œuvre le moindre protocole de distanciation sociale” (elle fait notamment référence à la finale NBA quand Dre avait invité Rick Ross chez lui). En outre, elle déclare que le co-fondateur de Death Row Records “est entré et sorti des maisons de plusieurs femmes dans la région de Los Angeles” récemment.

dr dre nicole young divorce

À LIRE AUSSI: Dr. Dre : en plein divorce, sa femme l’accuse d’avoir des enfants cachés

Une longue série d’accusations

Cette accusation, qui fait invite la Covid-19 dans la procédure de divorce, est la dernière d’une longue série pour Nicole Young qui avait récemment exigé que Dr. Dre remette à la cour tout document relatif aux actions de paternité (dues à ses conquêtes extra-conjugales) dans lesquelles il aurait pu être impliqué au cours de leur union. Une demande qui lui permettrait de prouver qu’André Romelle Young de son vrai nom, a eu des enfants “extra-conjugaux” durant leur mariage. De plus, elle avait tenté de faire témoigner 3 de ses anciennes maîtresses à la barre, chose que ces dernières avaient formellement refusé de faire. Sans oublier sa demande de pension compensatoire de 2 millions de dollars mensuels, ou encore les 1,5 millions de dollars réclamés pour couvrir ses frais de sécurité notamment. Une demande d’ailleurs refusée par le juge en charge du dossier. De son côté, le producteur a accusé sa future ex d’avoir détourné 353 571 dollars d’un compte bancaire professionnel lié à leurs activités communes, et principalement autour du fameux studio d’enregistrement, Record One. Il ne s’agit certainement pas du dernier rebondissement avant le procès, qui se déroulera en janvier.