Accusé de racisme après sa reprise de Doudou, Omar Sy s’est fendu d’une réponse directe à l’encontre de ses détracteurs.

Le 22 novembre, Omar Sy postait par surprise une vidéo qui a largement fait réagir la toile. Sur celle-ci, l’acteur de 42 ans renfilait sa tenue traditionnelle africaine et son foulard Léopard pour interpréter un de ses rôles les plus mémorables : le personnage de Doudou, joué dans Le SAV des émissions avec Fred Testot. Un clin d’œil qu’il a décidé de faire à Aya Nakamura, qui connaît un succès faramineux avec son morceau du même nom, extrait de son nouvel album Aya, qui est par ailleurs devenu le 3ème album le plus écouté au monde sur le plateforme Spotify avec 12 millions de streams. Cette vidéo a ravivé de nombreux souvenirs chez les internautes ainsi que chez plusieurs artistes. Gims, Dadju ou encore Black M n’ont pas manqué de commenter la publication du natif de Trappes, visiblement morts de rire après avoir vu sa parodie. Toutefois, certaines personnes ont jugé que la vidéo n’était ni plus ni moins qu’une aberration.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par RAPRNB Le Mag (@raprnblemag)

À LIRE AUSSI: Omar Sy reprend le single Doudou d’Aya Nakamura [Vidéo]

 

Omar Sy répond aux critiques

De nombreux internautes ont ainsi rapidement critiqué cette vidéo, pointant du doigt un humour qu’ils jugeaient excécrables. “L’imitation grotesque et caricaturale de la maman africaine avec l’accent forcé n’a jamais été drôle et ne le sera jamais. La honte on est en 2020 quand même il existe 45567 manières d’être drôle” écrivait notamment un internaute. Sous le feu des critiques, Omar Sy a choisi d’attendre quelques jours pour répondre à ses détracteurs dans une série de tweets désormais supprimés : Cessons de dire des bêtises… Doudou, personnage masculin qui existe depuis 15 ans, ds le SAV, qui n’a jamais été la pour moquer. C’est un hommage ici au titre d’Aya qui s’appelle comme lui + un soutien face à tt ce qu’elle reçoit elle aussi de critiques aussi injustes et malveillantes” écrit-il notamment, avant de rajouter : “Je suis libre. Et la critique ici ne mène à rien à part diviser. Surtout, la vraie vie est ailleurs que sur twitter et les vraies actions qui changent les choses aussi”. Si chaque partie campe sur ses positions, les choses ont néanmoins le mérite d’être claires…