Après les propos racistes tenus par le 4ème arbitre, le match opposant le PSG à Istanbul Basaksehir a finalement été reprogrammé ce mercredi soir. Néanmoins, beaucoup pointent du doigt la réaction particulièrement lente des officiels de l’UEFA.

C’est une magnifique réaction qu’ont eu hier les joueurs du PSG et ceux d’Istanbul Basaksehir après les accusations de racisme évoquées par l’un des entraineurs-adjoints du club Turc, Pierre-Achille Webo, qui a accusé le 4ème arbitre de l’avoir qualifié de “n*gro”. Immédiatement, les joueurs vont faire preuve d’une belle solidarité en s’unissant pour arrêter le match, puis pour demander que l’arbitre mis en cause soit exclu de la rencontre. Un acte courageux mais que l’UEFA ne va pas vraiment entendre, proposant plutôt que l’un des arbitres assigné à la VAR le remplace, pendant que le mis en cause prendrait sa place. Mécontents, certains joueurs de Basaksehir vont une fois de plus refuser de reprendre le match, poussant donc à l’arrêt définitif de la rencontre. Celle-ci reprendra finalement ce mercredi à 18h55, avec un tout nouveau corps arbitral.

À LIRE AUSSI: La rencontre PSG-Istanbul interrompue en raison d’un cas de racisme !

La réaction de l’UEFA en cause

Si de nombreux joueurs et des personnalités du sport ont largement réagi à la situation, félicitant largement la totalité des acteurs du match pour cette belle réaction, beaucoup pointent du doigt la réaction de l’UEFA face à cette situation. Plutôt que de faire en sorte d’alléger son dispositif et de renvoyer l’arbitre mis en cause, les représentants vont absolument vouloir le remettre dans le dispositif, ce qui a évidemment posé problème aux joueurs. Habituée aux campagnes de lutte contre le racisme, la fédération qui gère le football européen va également attendre très tard dans la soirée pour commenter les faits et s’opposer à ceux qui s’était passé lors du match, alors même que le responsable de cette situation est l’un de ses représentants. Bref, si ce cas était tout à fait inédit, l’UEFA a clairement montré qu’elle n’était pas préparer à ce genre de cas, ce que beaucoup assimilent à un manque de compétences et d’intérêt pour la lutte contre le racisme dans le foot…